Raptors

Preview Raptors – Celtics : et si Boston finissait champion de la Conférence Est ?

Brad Stevens

La question est plus que jamais d’actualité.

Source image : NBA League Pass

La hiérarchie semblait figée pour les deux premières places à l’Est mais le rapport de force est en train de basculer. À deux heures du matin, Toronto reçoit des Celtics qui n’ont plus que deux victoires de retard sur les leaders. Défaits par Cleveland hier, les Raptors déjouent totalement dans la dernière ligne droite et s’ils ne se remettent pas à l’endroit ce soir, le cœur de Boston pourrait avoir raison d’eux pour la deuxième fois en cinq jours.

Kadeem Allen était titulaire à la mène face à Milwaukee, hier soir. Pas Irving, pas Smart, pas Rozier mais bien le rookie de 25 ans et cette phrase révèle à quel point les Celtics sont décimés en ce moment. Brad Stevens doit continuellement s’ajuster aux pépins physiques de ses joueurs et le starting five bouge pratiquement à chaque match. Nombreuses sont les équipes qui auraient battu de l’aile avec une infirmerie aussi pleine mais pas ces Celtics. Du courage, de culot et du cœur, les soldats verts en font preuve à chaque seconde transpirée sur le parquet pour aller chercher des victoires parfois inespérées. IT était le King of the Fourth attitré des Celtes l’an dernier mais cette saison, la casquette de héros tourne entre plusieurs membres du crew. Et alors qu’ils étaient sur les rotules il y a un mois, les hommes de Brad Stevens ont retrouvé un second souffle et le trône de la Conférence Est est désormais à portée de main. Avec six victoires sur les sept dernières rencontres, Boston est en forme et les Raptors n’ont plus que deux victoires d’avance. Les Celtics vont-ils terminer la régulière à la première place pour la deuxième année consécutive ? Il aurait été insensé de songer à se poser cette question il y a encore deux semaines mais avec les derniers résultats, elle est désormais d’une grande pertinence. La confiance est côté celte et Boston le sait. Son équipe bis a maté les Raptors le week-end dernier et ils peuvent doubler la mise en terre canadienne.

Chassez le naturel il revient au galop. Jusqu’au 21 mars dernier, les Raptors dominaient la Conférence Est de la tête et des épaules sous l’impulsion d’un DeRozan autoritaire et d’un banc déchaîné. Le collectif dégageait une force rarement vue à Toronto et on commençait lentement et sûrement à se dire que les Raptors avaient passé un cap. Mais voilà, le 21 mars dernier, les Raptors se sont liquéfiés dans le choc face aux Cavs d’un BronBron colossal. Pas d’écart abyssal au score mais l’amère sensation que malgré les efforts et les progrès, ces Raptors n’auront pas les armes pour rivaliser face à Cleveland. Et depuis ce fameux jour, les hommes de Dwane Casey semblent avoir replongé dans leurs lacunes d’antan. Moins de mouvement de balle, Calorie qui alterne brique et mauvais choix, défaite contre l’équipe de G League de Boston et une deuxième défaite face aux Cavs hier sans qu’on ait l’impression qu’ils aient pu renverser le cours du match. Les Dinos sont encore premiers mais les mauvais résultats du moment devraient coûter à Dwane Casey le trophée de COY alors que Brad Stevens et les siens sont en pleine bourre. Les Celtics se présenteront au Air Canada Center avec des forces en moins et les Raptors n’ont pas le droit à l’erreur cette fois-ci.

Mine de rien, cela fait quelques saisons maintenant que Celtics et Raptors sont les deux contenders les plus sérieux à l’Est (derrière les Cavs) et ce Toronto – Boston promet une duel aussi plaisant qu’indécis. Avantage Raptors avec les forces en présence et l’envie de se racheter après les dernières déconvenues face aux Cadors. Mais Boston joue avec le cœur et on sait ce que ça veut dire…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top