Wizards

Bradley Beal pousse sa gueulante : l’attitude des Wizards est détestable, ça promet à trois semaines des Playoffs

Bradley Beal

Quand tu perds contre Trey Burke et Michael Beasley…

Source image : YouTube

Les montagnes russes n’en finissent plus chez les Wizards. Les hommes de la capitale devaient se montrer sérieux pour aller chercher un bon spot pour les Playoffs mais au lieu de ça, ils enchaînent des défaites pourtant évitables. La dernière déconvenue face aux Knicks a bien saoulé certains cadres, notamment Bradley Beal qui n’a pas hésité à le faire savoir. 

Il y a ces équipes pas forcément performantes mais dont tu sais que le groupe avance toujours ensemble quoiqu’il arrive parce qu’il est soudé et que les joueurs sont solidaires entre eux. Il existe un autre type de groupe, composé de mecs plus individualistes pour qui tout roule quand les évènements leur sourient mais qui se défilent lorsque les obstacles se multiplient. Le genre de gars qui dénoncerait son partenaire pour sauver sa peau. Les Wizards se rangent plutôt dans la deuxième catégorie. Les clashs entre coéquipiers en interne, les matchs disputés sans cohésion de groupe et sans rage de vaincre : l’équilibre collectif des Wizards est d’une extrême fragilité. Privés de John Wall depuis deux mois, ils ont montré une belle capacité d’adaptation et de mobilisation pour répondre aux ambitions de la franchise. Mais récemment, les défaites s’enchaînent et les Wizards se retrouvent plus proches de se taper Toronto au premier tour que d’avoir l’avantage du terrain. La situation commence à être préoccupante et, comme si ça ne suffisait pas, les Wizards parviennent même à se casser la gueule à domicile contre les Knicks. C’en était de trop pour Bradley Beal comme il l’a expliqué au micro de NBC Sports Washington :

« On se comporte comme si ça ne nous faisait rien [de perdre, ndlr]. On pensait qu’on pouvait se pointer et jouer sans souci parce qu’ils [les Knicks] n’ont plus d’objectif pour la fin de saison. On pensait que ce serait une partie de plaisir et ils nous ont remis à notre place. »

La pratique du tanking par une petite dizaine d’équipes laissent penser que les cadors de la Ligue l’emporteront toujours sur les équipes de seconde zone. Mais voilà, ce n’est pas une science exacte, chaque équipe joue plusieurs matchs par semaine et on assiste à des surprises tous les soirs, dieu merci. Face aux Knicks, les Wizards devaient gagner parce qu’ils sont tout simplement meilleurs et qu’ils ont le projet de bien figurer en Playoffs. Mais sur le parquet, il n’y avait qu’un groupe pauvre, éclaté et nonchalant. Ce n’est pas la première fois, loin de là. Et ça devient vraiment problématique pour Bradley Beal :

« J’en ai marre de devoir continuellement parler de ça [l’absence de cohésion]. C’est toujours la même rengaine. Tant qu’on ne parviendra pas à jouer ensemble, on se fera détruire en Playoffs. Notre niveau de jeu actuel est inacceptable ».

In your face. Le groupe dit pouvoir battre n’importe quelle équipe de l’Est à qui veut l’entendre mais l’attitude affichée dernièrement indique tout l’inverse. En l’absence de John Wall, Bradley Beal récupère la casquette du patron et c’est lui qui doit remettre son groupe dans le bon sens. Il aurait d’ailleurs mieux fait de mobiliser son groupe par des discours dans le vestiaire plutôt que dans les médias. Mais le temps presse pour les Wizards donc mettre la forme n’est pas indispensable. En revanche, se mobiliser pour faire respecter leur statut est indispensable pour Washington.

Les soldats de D.C. devraient être à la bataille pour la troisième place. Mais par suffisance, ils se retrouvent actuellement sixièmes et se battent désormais pour éviter les Celtics ou les Raptors dès le premier tour. Cette absence de cohésion est préjudiciable pour les Wizards et frustre leur leader, Bradley Beal, qui espère une réaction immédiate de son groupe. La bonne nouvelle ? Ce sont les Spurs et son groupe irréprochable de solidarité qui débarquent à la Maison Blanche ce soir alors il ne faudra pas se gaufrer.

Source texte : SLAM online, NBC Sports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top