Grizzlies

Preview Grizzlies – Lakers : L.A. doit se reprendre, et essayer de battre le record des Hornets

Bilan Memphis Grizzlies

– « Maman, papa, regardez les oursons ils sont trop beaux. »
– « Non mon fils, regarde mieux, c’est Mike Conley, Chandler Parsons et Marc Gasol. »

Source image : @TheBigD05

Okay, ce n’est pas une affiche avec des équipes aux noms ronflants. Cependant, si vous voulez voir du spectacle, des points à gogo et une comédie absurde, ce match est fait pour vous. Les Lakers, onzièmes à l’Ouest, se rendent au FedEx Forum des avant-derniers de la Ligue en termes de bilan. Une belle occasion pour les Angelinos de relever la tête, et de continuer la véritable séance de cul-rouge à laquelle les Grizzlies se livrent depuis le début du mois de février.

Les Lakers sont auteurs d’une saison correcte, même satisfaisante par rapport aux résultats des dernières années. Les Angelinos n’avaient pas eu un aussi bon bilan depuis l’exercice 2012-13. Une incroyable période de disette pour une franchise mythique. La dynamique enclenchée à L.A. depuis octobre est sympathique, beaucoup de jeunes ont du temps de jeu, se développent, et arrivent à gagner un certain nombre de matchs. À un moment donné, on a même cru à une remontée spectaculaire des purple and gold afin de venir se mêler à la course aux Playoffs. En effet, de la sortie du All-Star Break au 13 mars, les hommes de Luke Walton ont gagné huit matchs sur dix, faisant passer leur bilan de 23 succès et 34 revers à 31 victoires et 36 défaites. Pas si loin que cela de revenir dans le positif, l’inexpérience des jeunes de la Cité des Anges leur a joué un mauvais tour, puisqu’ils restent sur quatre défaites consécutives. Même si ce n’est pas encore mathématiquement établi, la saison des Lakers s’arrêtera le 11 avril, à l’issue du duel fratricide qui les opposera aux Clippers. Pour autant, ils ont eu le mérite de ne pas tanker, contrairement à d’autres, et ils veulent terminer la saison de manière honorable, notamment grâce à un Isaiah Thomas incertain sur son avenir. Pour se reprendre, rien de mieux qu’un match contre les Oursons. Encore que la franchise du Tennessee ne réussit pas vraiment aux Californiens : sur les trois premières confrontations entre les deux équipes cette saison, les Grizzlies en ont remporté deux. Wouah, Memphis a provisoirement un bilan strictement positif contre quelqu’un (c’est aussi le cas avec les Pelicans, les Wolves et les Kings). De quoi donner une lueur d’espoir pour les fans de Marc Gasol, eux qui vivent dans le noir depuis quelques semaines ? Pas forcément.

En effet, depuis le 31 janvier, les joueurs de ce bon J.B. Bickerstaff ressemblent plus à des ours en peluche, à des ours à la guimauve qu’à des Grizzlies. Même Petit Ours Brun est plus effrayant en ce moment. La franchise dont l’identité est le grit and grind se fait balader dans tous les sens : 22 revers sur les 23 dernières confrontations, le compteur de défaites tourne à vitesse grand V. Ça tanke sec, à ce niveau-là, c’est du char de compétition, avec des chenilles immenses, capable de creuser encore un peu plus le gouffre dans lequel les Grizzlies s’enlisent. Ceci dit, il semblerait que certains joueurs de la franchise se balancent royalement des défaites à répétition. Pire, les joueurs du Tennessee ajoutent l’injure à l’outrage, en se prenant une des plus belles déculottées de l’histoire de la NBA, rien que ça. Arriver à mettre 61 points de moins que son adversaire lors d’une confrontation, cela s’applaudit des deux mains. Puis, c’est bien, ils voient le côté positif, paraîtrait-il qu’ils arrivent à en rire. Nous ne sommes peut-être pas au bout de nos surprises, les Oursons ont plus d’un tour derrière la patte. Ils pourraient très bien réitérer une belle performance, telles celles déjà effectuées contre les Lakers cette saison. Qui sait, ils pourraient même décrocher une vingtième victoire cette année. De quoi déboucher le champagne. Parmi les scénarios possibles, le plus probable reste quand même celui d’un passage en tabac en bonne et due forme de la part des Angelinos. Peut-être qu’une deuxième rouste consécutive les fera sortir de leur léthargie légumineuse. Allez, on prend les paris ? Plus 20 à ma gauche, plus 50 à ma droite, plus 200 au fond de la salle, allez y ma p’tite dame faites vos jeux. Il ne reste qu’a espérer que les Grizzlies vont se respecter eux-mêmes, et respecter le public, qui paye sa place pour venir assister à des exécutions à l’échafaud. Au moins à l’époque, c’était gratuit, et sur place publique. Bref, espérons que l’éventuel retour de Marc Gasol, absent lors du massacre contre les Hornets, poussera les jeunes à se dépasser un peu plus. On connaît le grand Espagnol qui n’aime pas perdre, il pourra pousser des petites gueulantes si besoin est, afin que les Grizz jouent en exploitant le certain potentiel qu’ils possèdent. Le candidat au titre de coach de l’année devra se passer d’Ivan Rabb et d’Andrew Harrison, alors que Chandler Parsons et Tyreke Evans sont questionnable pour cette nuit. Luke Walton pourra lui compter sur un roster complet ou presque, en fonction de la présence possible de Brandon Ingram. L’ailier pourrait faire son retour ce soir après avoir raté dix matchs et plus de deux semaines de compétition.

Allez, on ne va pas se mentir, ce match ne sera certainement pas le plus beau de la soirée en NBA. Mais si vous avez envie d’un bon antidépresseur, de quelques minutes d’émotions intense entre rires et pleurs, zappez sur Grizzlies – Lakers. Au FedEx Forum, il va y avoir du sport dès une heure du matin. Pour les fans des Oursons, glace à la vanille, pot de nutella et mouchoirs, soyez en place, et placez vos derniers deniers sur votre franchise de cœur ce soir, ça sent l’upset à plein nez cette affaire. 36 points de Dillon Brooks, record en carrière explosé, victoire de Memphis. À défaut de supporter une équipe qui gagne, cela pourrait vous faire votre argent de poche pour aller au resto demain.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top