Thunder

Le Thunder choke totalement à Boston : mener de 5 points à 15 secondes de la fin et perdre, check

Thunder
Source image : NBA League Pass

On a rendu hommage à Orlando pour son fabuleux tanking de cette nuit, difficile de ne pas en faire de même pour le Thunder. Car même si les intentions n’étaient pas les mêmes, la bande à Westbrook a sévèrement chié dans la colle à Boston.

Le symbole d’OKC cette saison ? C’est gonflé, et pourtant tellement proche du sentiment que les hommes de Billy Donovan nous ont imposé depuis le mois d’octobre. Des soirées épiques avec de pures performances collectives, à redessiner la hiérarchie en NBA, puis des nuits ultra-frustrantes durant lesquelles on se demande si ce groupe va passer le premier tour des Playoffs. Bien évidemment, régulière et phases finales sont deux compétitions différentes, mais voir autant de vétérans craquer et manquer de concentration dans un money-time (et ce n’est pas la première fois) a quelque chose de fascinant. De flippant, et de fascinant. Installons la scène, pour celles et ceux qui voudraient revivre cette apocalypse en direct de Boston. Match engagé et serré entre Thunder et Celtics, ça se rentre dedans en se donnant rendez-vous dans le clutch. Pendant que Paul George et Russell Westbrook font le job, Jayson Tatum et Greg Monroe répondent du tac-o-tac. La partie semble se diriger vers le camp des visiteurs, notamment grâce à deux gros tirs à trois points de Carmelo Anthony (90-85, 2:30 à jouer). Impossible de se dire, quelques minutes plus tard, que l’ailier d’OKC va devenir la reine de la soirée, en craquant sur la ligne des lancers francs.

Et pourtant.

En faisant le boulot en défense, les hommes de Billy Donovan se retrouvent confortablement installés dans le siège du vainqueur. La table de score va dans ce sens, et on prend gentiment ses affaires dans les rangs du TD Garden pour éviter le surplus de fans dans les transports. Quinze secondes à jouer, deux lancers pour Westbrook, 4 points d’avance pour OKC. L’ami Russ en loupe un, mais avec une balle pour Boston et sans prendre de temps-mort côté Brad Stevens, on s’attend à un ave maria qui fera brique, rebond Thunder et faute derrière pour finir le deal. Oui, bah non. Terry Rozier claque un gros trois-points sur la tête de Russell, les Celtics reviennent à deux petits points. Tout ce qu’il faut faire, du coup, c’est rentrer ses deux lancers du côté d’Oklahoma City, n’est-ce pas ? Impossible de se dire, à ce moment du match, que…

… et pourtant.

Deux craquettes envoyées par Melo aux lancers, alors qu’il est automatique dans ces situations précises. L’ailier fait basculer son équipe dans la mauvaise matrice et c’est Boston qui en profite pour claquer le miracle de la soirée. Système dessiné par Stevens pour qu’un bouillant Tatum mette la pagaille dans la défense du Thunder, le rookie trouve Marcus Morris qui se défait de Paul George et plante un shoot monstrueux donnant un point d’avance à sa clique. De -5 à +1 il n’y a qu’un pas, Boston quitte le cercueil pour sauter de joie. Derrière, Westbrook balancera une saucisse au buzzer, sous les huées d’un public bien heureux de quitter son arène en vainqueur. Encore plus compte tenu du scénario, et encore plus compte tenu des récents résultats des Celtics. Côté OKC, on n’a que ses yeux pour pleurer, sous la douche, en se demandant encore ce qui s’est passé.

Mener de 5 points à 15 secondes de la fin, quand on est un contender ? Interdiction formelle de craquer. Le Thunder nous offre le choke de la nuit, pas sûr qu’on l’oubliera si rapidement que ça, celle-ci.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top