One-on-One

LeBron James, ce monstre qui ne connait pas l’usure : encore une performance historique pour le King

LeBron James

« Je pense que je peux jouer jusqu’à 60 ans. »

Source : NBA League Pass

Une fois le match de la nuit dernière terminé et la défaite contre les Cavs encaissée, Giannis Antetokounmpo s’est exprimé sur la performance monstrueuse que LeBron James venait de lui poser sur le museau. Une performance extrêmement impressionnante (triple-double avec plus de 40 points) pour un joueur qui est dans sa quinzième saison et qui ne semble pas subir les effets négatifs que l’usure devrait avoir sur lui. C’est bien simple, sur cet exercice 2017-18, le King repousse encore plus loin les limites de la cyborgitude…

« Je me parlais à moi-même pendant que je prenais ma douche et je me disais : ‘Ok, qu’est-ce que je n’ai pas bien fait aujourd’hui en défense sur LeBron ?’ « 

« Parce qu’il est le premier joueur qui marque 40 points sur moi aussi facilement. C’est dur. Un gars qui peut pénétrer balle en mains, shooter, surtout alors qu’il est bien avancé dans carrière maintenant, il shoote de manière hallucinante. Il met ses coéquipiers dans les bonnes conditions. Il est le meilleur joueur du monde. C’est aussi simple que ça. » — Giannis Antetokounmpo via ESPN

C’est aussi simple que ça, mais ça reste colossal. Hier, LeBron James a joué son 1131ème match en carrière à « seulement » 33 ans (et bientôt 3 mois). Il n’y avait aucune occasion particulière mais le King avait tout de même décidé de fêter ça. Il a donc posé la bagatelle de 40 points, 12 rebonds et 10 passes décisives sur les Bucks et enregistré ainsi son deuxième triple-double d’affilée, son troisième en une semaine, son 16ème de la saison. Une saison dont il n’a pas encore raté le moindre match (70 déjà) et dont il est le joueur avec le plus de minutes cumulées (2599), le deuxième plus gros temps de jeu moyen (37,1 minutes) juste derrière… Giannis Antetokounmpo (37,2 minutes), son cadet de dix ans ! Surtout que James exploite à merveille ce temps de jeu très élevé puisqu’il propose une ligne de stats qui pourraient faire de lui un MVP à coup sûr si les Cavs avaient un meilleur bilan : 27,3 points à 54,5% au tir dont 36,9% derrière l’arc auxquels il faut ajouter 8,7 rebonds, 9 passes décisives, 1,5 interception et 1 contre de moyenne par soir. Si Russell Westbrook est au bord d’une nouvelle saison en triple-double de moyenne, l’ami LeBron n’en est pas si loin en fait.

Toujours est-il que la prestation du numéro 23 met l’accent sur une nouvelle facette de sa carrière : il semble parti pour mettre son nez dans un paquet de record « de vieux » maintenant, après avoir effacé, un par un, un grand nombre de records de précocité ! Ce triple-double avec 40 points fait du roi James le troisième plus vieux joueur de l’histoire (33 ans et 79 jours exactement) à envoyer ce genre de performance, juste derrière Elgin Baylor (34 ans et 48 jours) et Larry Bird (35 ans et 99 jours). Mais ni le Laker, ni le Celtic n’avaient autant de minutes dans les pattes que le King au moment où ils ont réalisé ces exploits. Et pour cause, ils ont tous les deux autour de 34 000 minutes jouées en carrière (un peu moins pour Baylor, un peu plus pour Bird) alors que LeBron en est déjà à presque 44 000. Si le King se montre capable de réitérer dans un an et dans deux ans, il passera non seulement devant Mr Inside et Larry Legend mais il le fera tout en s’approchant déjà des 50 000 minutes jouées en saison régulière. C’est une barre que seuls six joueurs ont atteint et tous, au bout de carrières qui les ont vu jouer jusqu’à minimum 38 ans. Seul Elvin Hayes sera très difficile voire impossible à détrôner sur un point : l’ailier-fort increvable est arrivé à 50 000 minutes en 1303 match (16 saisons). Il faut dire que Hayes était un specimen très spécial mais ce n’est pas le sujet du jour. En attendant, tout aussi incroyable que cela puisse paraître, LeBron James est potentiellement dans les temps par rapport à Hayes. C’est là qu’on en vient à se demander combien de temps cet ailier de 2m03 pour 115 kilos va pouvoir continuer à jouer comme s’il était sophomore alors qu’il est dans sa quinzième saison.

On commence à se demander comment le King fait pour entretenir aussi bien son corps afin de pouvoir proposer un tel niveau athlétique encore aujourd’hui. Combien de fois l’avons-nous vu se tordre la cheville à 90 degrés lors d’un match et courir comme un (gros) lapin une minute plus tard ? En 2015, nous l’avons même vu s’allonger sur le bord du terrain quand il était sur le banc, afin de soulager un dos très douloureux. Le genre d’attitude qui n’était pas sans rappeler celle de Larry Bird ou Steve Nash qui ont vu leurs carrières se compliquer à cause de sérieux soucis de dos. Sauf que James lui, a fait appel à un « spécialiste du mouvement humain » nommé Donnie Raimon et grâce à la méthode de ce monsieur – ainsi qu’à une réelle perte de poids et une rigueur royale imposée par son préparateur physique personnel, Mike Mancias – LeBron est parvenu à surmonter ses problèmes de dos. A tel point qu’il est, aujourd’hui à plus de 33 ans, dans la forme athlétique de sa vie : début novembre dernier, James a envoyé son record en carrière aux points chez les Cavs avec 57 unités sur la bouche des Wizards. Sur le mois de février, il a juste tourné en triple-double de moyenne. Enfin, il semble être en chemin pour jouer – pour la première fois de sa carrière – les 82 rencontres d’une régulière. Quelques lignes plus haut, le mot colossal est employé. Monstrueux ou ahurissant, marchent tout aussi bien.

En fait, on ne sait pas trop de quelle planète vient LeBron James ou s’il a tout simplement mis la main sur la recette de la jeunesse éternelle. Mais une chose est sûre, « ElBiJay » n’est pas prêt d’arrêter de nous impressionner et les records n’ont pas fini de tomber. Reste à voir s’il y aura des bagues avec. Car si c’est le cas…

Le triple-double de la nuit dernière (40/12/10)

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top