Blazers

Preview Blazers – Cavaliers : la passe de onze pour Portland, ou celle de… deux pour Cleveland

Damian Lillard

Lillard, à qui le tour ?

Source image : NBA League Pass

Réputée pour être une des salles avec la plus chaude ambiance en NBA, c’est un Moda Center en ébullition qui verra se dérouler la rencontre entre Blazers et Cavaliers à partir de 3 heures du matin. Les deux franchises sont dans des situations similaires au classement de leur propre Conférence, les dynamiques sont par contre différentes entre un Portland survolté et un Cleveland en hibernation.

Hormis Utah, la belle histoire de cette deuxième partie de saison provient de l’Oregon. En perpétuel flirt avec le huitième spot jusqu’à janvier, les Blazers produisent des performances exceptionnelles en 2018. Ils ont gravi les échelons un à un, jusqu’à être les pionniers de la course à la troisième place à l’Ouest (Houston et Golden State restant inatteignables pour les autres écuries sur la côte Pacifique). Avec un bilan de 22 victoires pour seulement 9 défaites depuis la nouvelle année (41-26 au total), Portland est bien installé sur le podium derrière les deux mastodontes, avec un match et demi d’avance sur le quatrième, Oklahoma City. Les hommes de Terry Stotts restent sur dix victoires d’affilée, soit la meilleure série en cours toutes franchises confondues. S’il y a bien un artisan qui a mis la main à la patte pour construire cette streak, c’est bien Damian Lillard. Avec ses performances, il est plutôt bien placé dans la course au MVP pour aller rafler un top 5, si ce n’est le podium. On parle bien évidemment souvent d’Anthony Davis comme l’homme le plus chaud de la planète sur les derniers mois. Et bien, Dame soutient la comparaison avec le Monosourcil : AD, depuis début février, tourne à 31,2 points par rencontre. Badass, ok. Le meneur des Blazers le talonne sur cette même période, puisqu’il score la bagatelle de 30,9 unités par match. Lillard est on fire, il est passé en mode Playoffs, et ça rejaillit sur les résultats de ses Blazers. Son compère sur le backcourt, C.J. McCollum fait le taf, alors que Rip City semble enfin avoir trouvé un intérieur qui tient la baraque en la personne du Bosnien, Jusuf Nurkic. Portland va tout faire pour garder l’avantage du terrain au premier tour lors de la postseason, ce sera important puisque leur adversaire sera forcément une pointure de choix. En attendant, il reste quinze matchs à jouer à Big Game Dame et ses potes en phase régulière, dont celui de cette nuit face aux Cavaliers. La franchise de l’Ohio l’avait d’ailleurs emporté lors de la première des deux confrontations contre celle de l’Oregon, sur le score de 127 à 110. Ce 3 janvier, Cleveland se trouvait dans sa Quicken Loans Arena, et avait pu compter (pour une fois) sur un bon match de son collectif, avec six joueurs à plus de 10 points.

Nul doute que le scénario de la rencontre de cette nuit sera différent, étant donné la dynamique des Blazers bien sûr, mais également au vu de celle des Cavaliers. Portland à domicile, c’est 23 succès pour 11 revers, soit une match-up compliquée pour le King et ses sujets. Auteurs d’un mois de mars mitigé (3 victoires pour 4 défaites) jusqu’alors, les joueurs de Tyronn Lue sont en position d’outsider à l’heure de se rendre dans le nord-ouest des Etats-Unis. Et pourtant, LeBron James est dans la meilleure forme de sa carrière. À 33 ans, il ne baisse pas de pied, à l’image de son bon gros triple-double (28 points, 12 rebonds et 11 passes) contre Phoenix dans la Talking Stick Resort Arena, il y a deux jours. Certes, il faut du temps pour que le tout nouveau roster de Cleveland se connaisse parfaitement. Cependant, le temps, il n’en reste plus beaucoup, à un mois du début des Playoffs. Les Cavaliers y iront sans aucun doute, malgré leur saison mitigée. Problème, ils se trouvent dans le ventre mou de l’Est (quatre matchs et demi seulement d’écart entre Indiana, troisième, et Miami, huitième). Il ne va pas falloir se rater pour avoir l’avantage du terrain lors du premier tour, ça pousse fort derrière. Même si LeBron devrait rentrer en beast mode lors de la postseason, pouvoir commencer une série à la Q, ce ne serait pas du luxe. La match-up de ce soir s’annonce complexe pour les Cavaliers, avec Kevin Love toujours absent, sans doute de retour dans une semaine, et Rodney Hood qui n’est pas sûr d’être de la partie cette nuit. D’autant que les Blazers seront eux au complet. Sur le backcourt, avantage Portland, Lillard et McCollum devraient prendre le meilleur sur George Hill et un certain Gérard Filoche (à moins que celui-ci ne prenne feu). Nurkic devrait rivaliser dans la peinture avec les intérieurs des Cavs. Par contre, un casse-tête se pose pour Terry Stotts, le même que chacun des autres coachs NBA : qui faire défendre sur LeBron James ? Al-Farouq Aminu ? Compliqué. Mo Harkless ? Nope. Celui qui devrait essayer de stopper la progression du Cyborg est un dénommé Evan Turner, un des facteurs de la réussite actuelle de Portland. LBJ devra encore gratifier les fans d’un grand match, pour faire en sorte que Cleveland s’impose et puisse éventuellement remonter sur le podium. S’il n’y parvient pas, l’entraîneur-joueur-GM-CEO-futur proprio de la franchise pourrait laisser les Pacers prendre un peu le large, et laisserait une occasion à Washington de revenir sur les talons des champions 2016.

Les Trail Blazers partent favoris face aux Cavaliers cette nuit. Un Lillard en feu, un BronBron muselé, voilà la clé du succès. Cleveland ne se laissera pas faire, et essayer d’aller décrocher un succès probant au Moda Center, qui s’annonce plus bruyant que tes potes bourrés dans la rue à 3 heures du mat qui chantent du Johnny. À ce moment-là, tu pourras les laisser, puisque c’est l’heure à laquelle on pourra se régaler devant cette rencontre, diffusée sur beIN Sports max 4.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top