Lakers

Julius Randle monte sérieusement en régime : assez pour convaincre les Lakers de le conserver ?

Julius Randle

« Moi aussi je veux jouer avec BronBron. »

Source image : YouTube

Il ne lâchera pas le morceau. Régulièrement cité dans des rumeurs de trade et départ depuis un an, Julius Randle est monstrueux depuis quelques semaines et porte des Lakers euphoriques. L’intérieur démontre ses qualités, si bien que le flou reste total quant à son futur aux Lakers. Obtiendra-t-il un nouveau contrat ? Sera-t-il poussé vers la porte de sortie pour faire de la place à une superstar ? Ça doit cogiter dans le bureau de Rob Pelinka.

C’est qu’ils ressembleraient presque à une top équipe ces Lakers. Depuis le All-Star Break, les hommes de Luke Walton sont une belle série de 8 victoires pour 2 défaites. Le tanking n’a pas sa place à Hollywood puisque le pick des Gens du Lac ne finira pas dans les mains de magic Johnson. Dernières victimes en date ? Cleveland et Denver. Des succès probants auxquels Julius Randle a largement contribué. Face aux Cavs, l’ailier-fort a livré une performance XXL avec 36 points (record en carrière), 14 rebonds et 7 passes décisives. Lors des dix derniers matchs, Randle tourne à une moyenne de 21,2 points, 10,1 rebonds et 4,1 passes décisives à 59,7% de réussite au tir. Larry Nance Jr. parti dans l’Ohio à la trade deadline, Julius a réintégré le cinq majeur des Lakers et assure parfaitement le relais depuis. Son apport au scoring, son activité au rebond et sa polyvalence font du bien à l’équipe et les résultats suivent. Il est même devenu une valeur sûre en TrashTalk Fantasy League et il est devenue l’option offensive numéro 1 depuis que Kyle Kuzma est un peu rentré dans le rang. Mais…

…est-ce suffisant ? Est-ce suffisant pour obtenir un nouveau contrat avec les Lakers cet été ? Drafté en septième position en 2014, Julius Randle arrive à la fin de son contrat rookie et deviendra agent-libre. Dans l’optique d’attirer un (voire deux) All-Star dans quelques mois, c’est une aubaine pour la franchise de Magic Johnson. Le salaire de Jordan Clarkson bazardé en février (12 millions de dollars par an) et les fins de contrat de Brook Lopez, d’Isaiah Thomas et de Julius Randle permettant de libérer de la place à la banque et cela favorise l’arrivée de joueurs majeurs. De la place il y en aura dans tous les cas donc la question maintenant est de savoir si les Lakers doivent forcément dire adieu à tous ses joueurs en fin de contrat pour accueillir LeBron James, Paul George ou autre. L’arrivée de ces deux derniers forcerait probablement les Lakers à laisser Randle partir pour permettre aux deux superstars de jouer côte à côte aux postes 3 et 4. Mais l’arrivée du King en Californie n’est absolument pas garantie et le produit de Kentucky offre justement de belles promesses à sa position. Attention donc à ne pas le laisser partir sans lui trouver de successeur digne de ce nom.

Isaiah Thomas étant bloqué par Lonzo Ball au poste meneur et Brook Lopez n’ayant pas vraiment trouvé sa place, les deux hommes ne porteront sûrement pas les couleurs des Lakers l’an prochain. Julius Randle tient pour atout de ne plus avoir la concurrence de Larry Nance Jr. et pourrait espérer négocier un contrat cet été. Le montant pourrait néanmoins poser problème, les Lakers semblant vouloir faire all-in sur le King et un autre All-Star. Le feuilleton Julius Randle n’a pas dit son dernier mot….

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top