Documentaires

Copain d’avant : Isaiah Rider, un titre au Slam Dunk Contest annoncé le soir de la Draft

Chaque semaine, en collaboration avec Clutch-23, TrashTalk vous propose de jeter un coup d’œil dans l’album souvenir de la Ligue pour voir ce que ses acteurs pouvaient nous proposer il y a quelques années. Joueurs, arbitres, dirigeants, tous pourront être vus sous un nouveau jour en plongeant dans cette boite à archives. So kick off you shoes, sit down, have a beer and enjoy.

Lorsque les Wolves jettent leur dévolu sur Isaiah Rider en cinquième position de la Draft 1993, ils mettent la main sur un mec qui ne doute pas de lui. Avant même de porter le jersey des Loups, le jeune homme issu de UNLV balance déjà qu’il remportera le Slam Dunk Contest. Bon ok, il ne déclare pas non plus qu’il va devenir le meilleur joueur de la Ligue, mais il l’ouvre déjà en grand et croit fort en lui. Comment s’en étonner alors qu’il vient d’être élu Big West Player of The Year dans une fac dont le programme basket est connu pour son style parfois arrogant ? Mais lorsqu’il claque son East Bay Funk Dunk lors du All-Star Weekend pour joindre les actes à ses paroles et repartir avec le titre lors du concours de dunk, difficile du coup de lui demander de se voir moins beau. Du coup, J.R. attendait les contrats pubs et la renommée, validant ainsi son trophée ainsi que sa belle première saison dans la Ligue qui lui vaudra d’être élu dans le premier cinq des rookies. Il confirmera encore deux ans dans le Minnesota avant d’être envoyé à Portland. Mais comme à UNLV où il a rencontré quelques soucis en dehors des parquets qui lui ont valu une suspension – pour avoir triché pour son taf à la fac – son comportement et son attitude seront des freins à une vraie belle carrière. N’oublions pas que Isaiah Rider a dû être viré du terrain par sa mère après avoir été expulsé face au Jazz en mars 1996, alors que personne ne parvenait à le calmer. Il n’empêche qu’il grattera tout de même une bague avec les Lakers en 2001 après avoir été le meilleur scoreur de leur second unit en saison régulière, même s’il ne participa pas aux Playoffs ensuite, coupé par les Purple and Gold.

Malgré ce titre, on retiendra toujours avant tout d’Isaiah Rider son Slam Dunk Contest. Ce qui est loin d’être infamant, il n’y a pas tellement de joueurs qui peuvent prétendre avoir ces deux trophées dans leur armoire. Mais on n’oubliera surtout pas que J.R. était une sacrée tête brûlée. Un Gérard avant notre Gérard. Quelle surprise avec de telles initiales.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top