Bucks

Le max ou rien pour Jabari Parker : les négociations s’annoncent musclées cet été

Jabari Parker

Son avenir à Milwaukee est incertain, ce serait dommage de tout gâcher pour quelques millions.

Source image : YouTube

Cela fait déjà plus d’un mois que Jabari Parker est revenu sur les parquets après un an sans jouer. L’occasion de faire un point sur la situation contractuelle du second pick de la Draft 2014.

Aïe, quel dossier compliqué que celui de Jabari Parker. Début février, alors qu’il n’avait pas une minute de jeu dans le compteur cette saison, on avait déjà évoqué le dossier du joueur. Et il y avait une bonne raison à cela. Au-delà du fait qu’il revenait sur les parquets, le produit de Duke s’était vu proposer par les Bucks un nouveau contrat qu’il avait refusé, à hauteur de 54 millions de dollars sur trois ans soit 18 millions l’année. On rappelle pour certains que Jabari sortait de sa deuxième rupture du ligament antérieur du genou gauche. Il avait beau être confiant, il restait tout de même sur deux graves blessures, qui pourrait avoir des conséquences sur sa carrière à tout jamais. Mais l’ailier-fort n’a pas accepté la sécurité, alors que sa franchise lui offrait pourtant une augmentation conséquente par rapport à son salaire actuel. Revenu seulement en février, il compte bien tester le marché des transferts cet été en tant que restricted free-agent. En conférence de presse à Detroit, Jabari Parker a fait part de son envie de recevoir un contrat max, que n’est pas prêt à lui donner la franchise du Wisconsin pour l’instant.

« Parce qu’ils peuvent m’offrir un dollar, je suis supposé le prendre ? Alors, c’est comme ça. Je n’ai rien à me prouver. Les gens connaissent mon CV. »

La vision de Parker depuis un mois, date à laquelle il a repris la compétition, n’a donc pas changé. Arrogant serait peut-être fort, mais Duke Skywalker sait ce qu’il vaut et ne compte pas être sous-payé par rapport à son niveau. Reste à savoir si ce même niveau n’est pas celui dont il rêve et qu’il ne l’a toujours pas retrouvé pour le moment. Car c’est bien mignon de tenter la free agency et de refuser un contrat à 54 millions dans une équipe pleine d’avenir mais derrière il faudra assumer. Le problème à l’heure actuelle, c’est que Jabari Parker n’a pas retrouvé son niveau de l’année dernière. En 2016-17, sa ligne de stats laissait clairement entrevoir un super avenir avant qu’une nouvelle blessure ne vienne tout gâcher : 20,1 points, 6,2 rebonds, 2,8 passes et 1 interception, ça pèse. Mais en un mois cette année, c’est 11,3 points et 4,4 rebonds de moyenne. Alors oui, ça ne fait qu’un mois qu’il est revenu, sauf que la saison régulière se finit dans un mois elle aussi et pour le moment, rien ne prouve qu’il pourra se montrer en Playoffs. Aujourd’hui, Milwaukee est septième et reste sur six défaites lors de ses dix derniers matchs. Même si cela semble peu probable que Detroit fasse une remontada et rattrape les Bucks tout en laissant passer le Heat, on ne peut pas prédire l’avenir. Si c’était le cas, la situation serait au plus mal pour Jabari, qui se verrait atterrir sur le marché avec seulement deux mois de jeu dans les jambes.

Même si cela n’était pas le cas et qu’il pouvait se montrer un peu plus pendant les séries éliminatoires, il reste la question de son physique et des blessures. C’est déjà la deuxième fois qu’il a une rupture du ligament antérieur du genou gauche. Qui peut savoir, premièrement, si cela ne lui arrivera pas une fois de plus, et deuxièmement, si cela ne va pas l’empêcher de faire certaines choses sur un terrain. Pour le moment, ses statistiques sur 36 minutes sont inférieures à la saison dernière. On est en mesure d’en attendre un peu plus de lui avant cet été sachant qu’on parle d’un joueur qui réclame le max, ce qui pourrait faire l’objet d’un salaire annuel de 25 millions de dollars. Même lui le dit, il prend un jour après l’autre, ce qui ne donne pas forcément envie de miser dessus sur le long terme. Pourtant, on parle quand même de Jabari Parker, pas d’un gars du coin entre la Creuse et la Corrèze. Bien qu’il n’y ait aucune garantie quand on sait que Parker est un joueur all-around et qui use énormément de son côté athlétique, il reste une bon joueur. Il est polyvalent et à la manière d’un forward comme Giannis, est capable d’attaquer et de scorer assez aisément. Son pourcentage du parking s’est nettement amélioré cette année (environ 36% l’année dernière, contre 46% depuis février), ce qui est non-négligeable car cela permet non seulement d’écarter le jeu mais aussi de sanctionner si la défense ne suit pas. Il s’est également amélioré à la passe, ce qui fait de lui un joueur vraiment complet. Mais avec toujours des réserves qui émergent sur sa capacité à tenir sur la durée et s’inscrire dans un projet de jeu.

Nul doute sur le fait que ce soit un super joueur, mais le combo blessures – melon fait rarement bon ménage. Se caractériser comme une star, alors qu’il sort de deux graves blessures et que son avenir est plus qu’incertain, ne semble pas être une excellente idée. Rompre des pourparlers pour une prolongation avec les Bucks non plus. On espère pour lui qu’il n’y aura pas le revers de la médaille et qu’il trouvera quelque chose qui lui correspond.

Source texte : NBC Sports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top