Knicks

Joakim Noah est toujours un joueur des Knicks : mais un joueur de quoi du coup ?

Joakim Noah

On ne devrait pas revoir Joakim sous ce maillot, même s’il reste sous contrat avec les Knicks.

Source image : Youtube

D’abord absent en début de saison à cause de blessures et d’un niveau pas encore retrouvé, Joakim Noah jouait peu. L’altercation avec son coach ne lui a pas aidé à gagner du temps de jeu. S’il a été convenu que Jooks ne reprendrait pas sous les ordres d’Hornacek, on s’attendait à un buyout avant jeudi soir, pour aller jouer en Playoffs avec une autre équipe. Cela ne s’est pas fait, Noah appartient toujours à New York, et va donc devoir négocier sa sortie à l’intersaison si le coach des Knicks ne change pas.

Tout comme celle de Derrick Rose, son ami et coéquipier lorsqu’il se trouvait aux Bulls, la saison de Joakim Noah est normalement terminée. L’intérieur français est mis à l’écart de l’effectif des Knicks depuis son altercation avec son coach, Jeff Hornacek, le 24 janvier. Jusque là, on aurait pu se dire rien de grave. Sauf que le contrat de Jooks pèse lourd sur la balance pour New York : 72 millions sur quatre ans, c’est sympathique pour le joueur, moins pour sa franchise lorsqu’il ne joue pas (merci Phil Jackson). L’ancien lauréat du titre de défenseur de l’année en 2014 n’est plus que l’ombre du joueur qu’il a été, et a encore deux ans de contrats garantis avec les Knickers-Bockers. Que faire dans ces conditions pour le management de Steve Mills : essayer d’échanger Noah à la trade deadline ? Impossible, même en incluant un tour de draft dans le package. Buyout Joakim courant février, pour obtenir un spot dans le roster et le laisser tenter sa chance dans une autre équipe ? La précipitation n’est pas de mise à la Big Apple. Jooks est donc toujours, après le 1er mars, un joueur des Knicks.

Il va donc rester inactif, inutilisé par sa franchise, alors qu’il s’entraîne seul à Los Angeles ces derniers temps. Actuellement dans la pire saison de sa carrière, Joakim Noah n’a disputé que sept matchs aux côtés de Kristaps et Franky, pour des statistiques faméliques : 1,7 point, 2 rebonds, 0,6 passe en 5,7 minutes par match, soir 40 minutes sur l’ensemble de la saison. Très, trop peu utilisé, il n’aura aucunement servi à l’équipe de la ville où il a grandi. Son futur devrait maintenant se décider cet été, il y a trois options qui s’ouvrent pour les Knicks, dont deux très peu probables. Trader Jooks pendant l’intersaison en est une, mais personne ne devrait vouloir d’un joueur de 33 ans qui sera payé autour de 38 millions de dollars entre 2018 et 2020. Noah pourrait également rester à New York et se réintégrer, à la condition que Jeff Hornacek se fasse dégager (pas impossible, au vu de son bilan actuel de 55 victoires pour 89 défaites avec les New-yorkais). Cependant, d’après ESPN, la solution la plus envisageable pour les Knicks serait d’appliquer, pour l’été prochain, leur stretch provision sur le contrat de Noah. C’est-à-dire qu’ils payent Joakim normalement sur la saison 2018-19, soit 18,5 millions de dollars. À ce moment, il ne restera qu’un an de contrat à payer au pivot, et les Knicks pourraient choisir d’étaler cette dernière année à payer sur trois ans (passer de 19,3 millions en une saison, à environ 6,5 millions sur trois saisons). De quoi libérer du cap pour l’intersaison 2019-2020, afin de pouvoir donner un gros contrat à Porzingis (si ce n’est pas fait avant), ou pouvoir signer de gros free agents. Cela les pénalisera malheureusement lors des deux saisons suivantes, en leur rajoutant 6,5 millions sur le salary cap. Mais cela pourrait valoir le coup pour les Knicks et pour Noah, puisqu’il serait payé dans tous les cas, et pourrait essayer de retrouver une franchise.

La deadline du 1er mars passée, Joakim Noah a donc plus de temps, jusqu’à cet été, pour essayer de négocier pour un trade, un buyout sur deux ans, ou sur quatre, ou sur cinq si les Knicks décident d’appliquer la stretch provision sur les deux ans de contrats restant à Jooks. C’est assez compliqué, espérons seulement que cela se finisse bien pour les deux cas, et qu’on puisse revoir l’énergie de Noah sur un parquet NBA…

Source texte : ESPN

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top