Pacers

Glenn Robinson III a rejoué : un retour qu’on n’attendait plus du côté d’Indianapolis

Glenn Robinson III

Ça y est , Glenn est de retour. Qu’on ne lui joue plus de mauvais tours.

Source image : Youtube

Les galères de Glenn Robinson III semblent enfin arriver à leur terme. GR3 a rejoué, hier soir, lors du premier match post All-Star break des Indiana Pacers. Le small forward de 24 ans a retrouvé sa place dans la rotation de Nate McMillan, de quoi ravir les fans qui l’ont vu fouler le parquet de la Bankers Life Fieldhouse pour la première fois depuis bien longtemps.

Il en aura vraiment bavé, le fils du Big Dog. Lui qui avait déjà raté les onze dernières rencontres de saison régulière l’an dernier, il a très peu joué lors des derniers Playoffs. En pleine éclosion en 2016-17, ses moyennes statistiques étaient des career-highs : 6,1 points et 3,6 rebonds. Cela peut paraître peu, mais l’impact du jeune joueur d’Indy va au-delà de chiffres sur des tableaux. Alors qu’il semblait tout avoir pour confirmer cette saison, Robinson a été victime d’une bête blessure lors du training camp d’avant-saison. Ce qui paraissait être un problème léger à la cheville s’est avéré finalement plus problématique que prévu. Glenn Robinson III a raté les 58 premiers matchs de l’exercice actuel. Une intervention chirurgicale et des semaines de rééducation plus tard, le voilà de retour à l’entrainement en début de semaine. Pour une reprise en douceur, GR3 est allé se tester jeudi avec les Fort Wayne Mad Ants, l’équipe de G League affiliée aux Pacers. Hier soir, il a fait son retour dans la Grande Ligue. Avec 19 minutes au compteur, Robinson a joué sans crainte, il a signé une performance passable : 4 points à 2/6, 2 rebonds, 1 assist. Mais on ne va pas trop en demander au vainqueur du concours de dunks 2017. C’est un retour réussi au sein d’un vestiaire qui vit bien, alors qu’il doit encore trouver sa place au sein d’un effectif qui déroule. Avec un bilan de 33 victoires pour 25 défaites, cinquièmes à l’Est, on va prendre le temps avec la jeune pépite du côté d’Indianapolis. Il s’est confié à Indystar sur l’approche de la reprise, et sur sa place dans le roster de McMillan :

« Mentalement, je me sens super bien. J’étais juste impatient de retourner sur le terrain, surtout avec cette équipe, quand on voit le plaisir qu’ils prennent, et l’alchimie que nous avons dans le vestiaire. J’ai regardé beaucoup de vidéos. J’ai regardé cette équipe toute la saison, en essayant de voir comment je pourrais m’intégrer, en le visualisant. Mon style de jeu correspond à cette équipe, (je suis) un joueur qui va entrer sur le terrain, défendre fort, courir, mettre des paniers faciles et rentrer des trois points. »

Glenn Robinson III se sent bien, et c’est tout le mal qu’on pouvait lui souhaiter. Pour l’instant, il est le back-up de Bojan Bogdanovic, et peut s’avérer être complémentaire de ce dernier. Adroit de loin la saison dernière (39%), Glenn pourra également pénétrer et aller finir les deux mains dans la marmite quand le besoin s’en fera sentir. De plus, GR3 va amener de la défense solide sur les postes 2 et 3, une des faiblesses des Pacers actuellement. Il y a fort à parier que Nate McMillan va faire confiance à son jeune ailier. En effet, si le management des fermiers de l’Indiana a laissé filer Paul George, c’est aussi parce que l’avenir à son poste semblait prometteur, et c’est bien le numéro 40 qui l’incarne, cet avenir. Malgré une saison quasiment blanche de ce dernier, l’équipe emmenée par le candidat au MIP s’est débrouillée sans lui, et plutôt bien. Avec Robinson, la profondeur du banc où trône Ike Anigbogu tel une statue ne ferait que s’agrandir. Le temps de retrouver ses qualités sur le terrain, Glenn pourrait être un asset plus qu’intéressant pour aller décrocher un des huit sésames à l’Est, mais également pour aller jouer les troubles-fêtes en Playoffs. Ceci dit, la vision des Pacers n’est pas à court terme. Et l’éventualité de voir évoluer, dans les saisons prochaines, Oladipo aux côtés du revenant dans un cinq majeur prometteur, est alléchante pour les fans d’Indy. Cela permettrait de faire oublier le départ de PG13 dans les cœurs jaunes.

La route a été longue pour Glenn Robinson III. Ça y est, il est passé au péage, et peut maintenant s’élancer sur l’autoroute qui attend devant lui. Cependant, « Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage » est une maxime que l’ailier des Pacers se devra de respecter, pour redevenir le joueur à fort potentiel qu’il était il n’y a pas si longtemps. En espérant pour lui qu’une nouvelle blessure ne viendra pas entacher cette tentative de retour vers le plus haut niveau.

Source texte : Indystar

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top