Sixers

Ben Simmons grandit à vitesse grand V : 32 points, 7 rebonds, 11 passes et les 2 lancers pour la victoire

Ben Simmons
Source image : NBA League Pass

En déplacement à Chicago avec doudoune obligatoire et bonnet sur le crâne, Ben Simmons a montré qu’il ne devait clairement pas être zappé dans la course au Rookie de l’année : le couteau-suisse des Sixers a fait la totale aux Bulls.

C’est ce qu’on écrivait, avec un sourire, quelques heures avant la rencontre. Premièrement, le fait que l’Australien avait claqué un quasi-triple-double à la mi-temps du dernier match opposant Chicago à Philadelphie. Ce n’est donc pas comme si l’animal n’avait aucun passif avec les taureaux. Deuxièmement, le fait que Simmons avait encore une boule dans la gorge, une osée pour certains mais une réelle pour tout le monde. Se considérant All-Star dès sa première saison, Ben avait mal accepté le fait qu’avec autant de blessés à l’Est il ne soit pas nommé comme remplaçant. Et enfin troisièmement, le fait que Donovan Mitchell avait la hype derrière lui, entre dernier gros mois de compétition et Dunk Contest remporté à Los Angeles. Mélangez tout ça, ajoutez des Bulls merveilleux dans leur choke de toute fin de rencontre, et vous avez la performance du soir venant d’un rookie. Chicago avait pourtant les clés dans ses mains, avec cinq points d’avance à une minute de la fin. Mais paniquant devant son public et laissant les Sixers revenir, Bobby Portis and co ne pouvaient que quitter le parquet tête baissée. Tant d’efforts pour « ça« , un gros shoot de Zach LaVine pas récompensé dans le money-time, tant pis. En face, c’est Simmons qui en profitait à coeur joie.

Car sur l’ensemble de la partie mais surtout au finish pour donner la gagne aux siens, Ben était aussi imposant que confiant. C’est peut-être Jojo Embiid qui faisait son carnage en première mi-temps, enfonçant les intérieurs adverses comme des clous dans un cercueil, mais c’est bien le meneur qui rayonnait le plus au buzzer, le Process serrant son coéquipier avec force dans ses bras car heureux de repartir avec une victoire d’adulte. Critiqué sur ses lancers, même hacké dès ses débuts, Ben Simmons se retrouva sur la ligne pour donner l’avantage aux siens et le poignet géra le reste. Deux grosses tentatives à -1, avec cinq secondes à jouer ? Nombreux sont ceux qui craqueraient. Inspirant profondément et sanctionnant les Bulls sur ces deux tirs, l’Australien réalisait le dernier stop défensif avant de tendre son poing en l’air. Une belle victoire arrachée pour la reprise, une qui compte dans la folle course au Top 8 dans la Conférence Est. Pour les Sixers, l’occasion de dire qu’il faudra compter sur eux jusqu’à la mi-avril. Pour Simmons, l’occasion de fermer quelques bouches et envoyer une petite perspective de l’avenir. Si c’est ce genre de performance qu’il peut aligner de manière régulière dans le futur ? Boy oh boy.

Il y a le record personnel en carrière avec 32 points, il y a les 7 rebonds et les 11 passes, l’impeccable 13/18 au tir. Il y a cette seconde grosse perf sur Chicago, et ce coup de poing envoyé sur la table des rookies. Mais plus que ça, Ben Simmons a montré qu’il ne voulait pas craquer au finish, pas aux lancers, pas ainsi. Le phénomène grandit sous nos yeux, le turfu est assez terrifiant…

Couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top