Blazers

Réunion entre Damian Lillard et son propriétaire : damn, ça urge dans l’Oregon

Damian Lillard

« It’s Game Time, it’s Dame Time ». L’heure est venue pour Lillard de secouer le cocotier pour aller vers les sommets.

Source image : NBA League Pass

Le triple All-Star Damian Lillard semble se poser des questions quant à l’avenir des Portland Trail Blazers. Le meneur veut faire bouger les choses au sein de la franchise, afin de pouvoir jouer plus qu’un premier tour ou qu’une demi-finale de Conférence pendant la postseason. Il a pour cela demandé à rencontrer le propriétaire de sa franchise, Paul Allen.

Alors que l’on approche de la fin de saison, Damian Lillard voit se dessiner le même scénario que celui de la plupart des saisons précédentes : une fin de régulière entre la cinquième et la huitième place à l’Ouest. Puis un premier tour compliqué à jouer, et bien souvent, une élimination en bonne et due forme par un des cadors de la Ligue, à l’image du sweep infligé par les Warriors aux joueurs de Terry Stotts la saison dernière. Le temps presse pour le ROY 2013, qui a donc pris le taureau par les cornes, et a demandé un meeting avec Paul Allen. S’il pouvait craindre une demande de transfert de Dame, ce dernier l’a juste vu arriver, un brin remonté, pour parler d’avenir. Malgré un Moda Center souvent chaud bouillant, et un backcourt figurant parmi les meilleurs de la Ligue, il manque un petit quelque chose (ou pas mal de changements) pour que les Blazers puissent aller tutoyer les sommets au mois de mai. Lillard veut faire bouger les choses, et il s’active auprès de ses dirigeants. Il s’est confié au sujet de cette réunion auprès de Rachel Nichols, la journaliste d’ESPN :

« C’était juste moi qui voulais montrer que ça urge, susciter une urgence, trouver une solution : ‘OK, qu’est ce qu’on doit faire ?’ Nous sommes une équipe autour de la cinquième, sixième place. Que doit-on réaliser pour faire le jump ? Si vous n’avez pas une ligne de communication avec les gens qui peuvent faire des changements, ou qui peuvent avoir de l’impact pour faire en sorte que cela se passe pour le mieux, alors vous allez juste jouer pour jouer. »

Dame sent l’horloge biologique qui tourne. A 27 ans, il arrive dans son prime, et il ne doit pas trop tarder s’il veut posséder une squad autour lui qui serait un sérieux contender au Larry O’Brien Trophy. Pour l’instant, il voit son équipe stagner, et a juste envie de faire bouger les choses. Et par « choses », on peut penser à des salaires un peu lourds pour des Blazers qui ont déjà dégraissé en envoyant Allen Crabbe et Noah Vonleh sous d’autres cieux. Il n’en reste pas moins que les contrats d’ Evan Turner (17 millions de dollars à l’année), Mo Harkless (10) et Meyers Leonard (10 millions également) sont des poids conséquents, tout autant que le Shaq en plein mois de septembre. Ces trois affreux sont encore sous contrats garantis jusqu’en 2019-20, et ce ne sont sans doute pas des assets suffisamment important pour donner une chance à Dame et les siens pour aller décrocher un titre. La situation de Jusuf Nurkic est également préoccupante pour les Blazers : le Bosnien est « seulement » payé 3 millions de dollars cette année. Il a une qualifying offer à 4 millions pour la saison prochaine, puis, que faire ? Portland souffre désespérément de l’absence de bons Big Men depuis les départs d’Aldridge et du traqueur de mascottes Robin Lopez. Nurkic semble être une solution viable, mais il souhaitera sans doute obtenir un contrat mirobolant. Contrat que les Blazers ne pourront pas lui offrir s’ils restent dans leur situation financière actuelle. Dégraisser, pour libérer du salary cap et essayer d’attirer des agents-libres prestigieux cet été, voilà sans doute un des sujets de discussion abordé par Lillard lors de son entretien avec son propriétaire.

Actuellement septièmes à l’Ouest, Lillard et ses Trail Blazers risquent bien de tomber sur un gros morceau au premier tour des Playoffs, s’ils parviennent à les atteindre. Sauf grand miracle, les Warriors, Rockets ou autres Spurs les attendront avec grande impatience au tournant. Big Game Dame en a sans doute marre de prendre des roustes ne pas aller plus loin qu’une demi-finale de Conférence Ouest depuis son arrivée dans la Ligue, et il le fait savoir. Pas sûr que cela suffise à faire des Blazers un prétendant au titre sur les prochaines saisons.

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top