Old-School

C’était il y a 10 ans : All-Star Game 2008, LeBron au-dessus de la mêlée pour un finish grandiose

Déjà 10 ans, dix longues années qui nous séparent du All-Star Game 2008 à New Orleans. On parle encore de vouloir des matchs serrés aujourd’hui ? C’est peu dire si celui de Louisiane rentrait dans cette catégorie.

Impossible d’oublier le finish de ce match étoilé, tant la pression était haute et l’engagement indescriptible. Cela ne fait « que » 10 ans diront certains, et pourtant en regardant la différence de compétitivité avec le ASG de l’année dernière, on a l’impression qu’un siècle sépare ces deux événements. Remettons le contexte à sa place, car il a toute son importance dans le paysage de cette victoire de l’Est. Quelques mois avant ce rendez-vous de l’élite, Boston secoue la Ligue en récupérant Kevin Garnett et Ray Allen. Et si le premier ne participera pas à cette future rencontre, le second utilisera parfaitement son statut de joker pour hisser sa team vers la victoire. La Conférence Est a donc un maillot bleu mais sent méchamment le vert, entre la clique de Doc Rivers sur le banc et le duo Pierce-Jesus sur le banc. D’abord emmenée par un Big Three qui ne sait pas encore ce qu’il fera à Miami par la suite (Bron, Wade, Bosh), la team du Doc mène sa rencontre sans paniquer. Problème à bord, le dernier quart voit l’Ouest revenir et ça sent le finish de rêve dans les gradins de la Nouvelle Orléans. Entre CP3, Brandon Roy et Amar’e Stoudemire, on croit pouvoir faire chuter l’Est et le money-time devient l’affaire des grands garçons.

Pendant que le Stoud montre ses muscles et fait exploser la banc de l’Ouest, ça chauffe sévèrement sur le bench d’en face. Impossible de choke à tel point, il faut que quelques fortes têtes prennent le match à leur compte. C’est là que Ray Allen et LeBron vont sortir leur plus belle partition. Pendant que Jesus plante banderille sur banderille à distance, le cyborg écrase un tomar monstrueux sur Nowitzki et le momentum bascule. Les caviars du numéro 23 pour son futur coéquipier à Miami font sourire aujourd’hui, la connexion est parfaitement en place et KG hurle sur chaque filoche de son copain d’avant. En y ajoutant les initiatives spectaculaires de Dwyane Wade, et juste avant que Jason Kidd ne change de conférence pour rejoindre un Allemand à la longue crinière blonde, l’Est parvient à boucler l’affaire et l’emporte avec une main ferme. En logique MVP de la rencontre, BronBron termine avec 27 points, 8 rebonds et 9 passes, le genre de ligne qu’il affiche au réveil depuis la naissance. Alors qu’on aurait pu avoir droit à un match type centre-aéré, les deux conférences se donnent et nous rendraient presque nostalgiques. Une petite diffusion de cette édition 2008 avant le match de ce soir, ce serait pas tout mal, non ?

Il y a déjà 10 ans, LeBron dominait sa compétition mais espérait secrètement remporter quelque chose en juin plutôt qu’en février. Maintenant, les adversaires ont changé, mais le King reste patron à bord du navire.

1 Comment

1 Comment

  1. BallinDirty

    18 février 2018 à 17 h 02 min at 17 h 02 min

    Le presque triple-double, la signature du presque goat ^^

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top