AfroBasket
PUBLI-RÉDACTIONNEL Old-School

Les 5 plus grands joueurs de l’AfroBasket : retour sur les gloires de la compétition

Source Youtube - FIBA

L’AfroBasket ne rassemble peut-être pas les mêmes masses que celles de l’EuroBasket, mais cela n’empêche pas cette compétition de proposer des joueurs exceptionnels. Dans son histoire, ce tournoi a bien vu des légendes passées, absentes du Hall of Fame mais présentes dans les souvenirs de nombreux fans. Et à l’occasion de la sortie au cinéma de la nouvelle production Marvel Studios “Black Panther” (le 14 février), TrashTalk vous invite à vous asseoir à la table des plus grands. Pour croiser ceux qui, pendant l’AfroBasket, ont montré qu’ils pouvaient porter la cape d’un véritable superhéros sur leurs épaules.

Carlos Morais (Angola)

Comment ne pas mettre un genou à terre, lorsqu’on parle de Carlos ? Véritable légende du basket africain, ce meneur de poche est bien plus qu’un simple journeyman passé par les couloirs des Raptors en 2013. Il s’agit tout simplement du meilleur scoreur de l’histoire de l’AfroBasket (609 points) en 47 matchs mitraillés sur son continent. Agressif, incisif, Morais a fait trembler des défenses plus physiques les unes que les autres, et il était évidemment au centre de la domination angolaise des années 2000. Champion d’Afrique en 2005, 2007 et 2009, la seule année de pause est en 2011 puisque l’animal laisse la Tunisie se faire plaisir. Sauf qu’en compétiteur féroce, Carlos reviendra déterminé en 2013 et fera la totale : meilleur scoreur du tournoi, MVP de la compétition, et une quatrième médaille d’or au cou. Le patron.

Abdou N’Diaye (Sénégal)

Si le dernier vrai titre de champion d’Afrique remporté par le Sénégal remonte à 1997, il faut savoir que les Lions de la Téranga ont été… indomptables pendant les années 70, n’en déplaise aux amis Camerounais. Et qui était au sommet de son art pendant ce temps-là ? Monsieur N’Diaye, ou “Coach Abdou” comme certains aiment l’appeler. En France, on a pu apprécier ses qualités d’entraîneur, que ce soit chez les filles ou les garçons aux cinq coins du pays. Mais dans sa ville natale de Dakar, où il hébergea notamment l’AfroBasket de 1972, Abdou était un leader redouté. Médaillé d’or devant son public, élu deux fois meilleur joueur africain, vous ajoutez une autre médaille (d’argent) en tant que coach de son pays en 2005 et vous avez un pilier du basket cainfri dans toute son histoire. Un gros cerveau et le coeur qui va avec.

Radhouane Slimane  (Tunisie)

Le rebelle de la bande. Celui qui foncera tête baissée, s’il a un plan en tête et qu’on essaye une seule seconde de l’en empêcher. Avec ses 2m06 et son style de jeu ultra-physique, Slimane est un peu le genre d’adversaire avec lequel t’as pas eu envie de te fritter. Pendant plusieurs années, son fight avec la fédération tunisienne l’a malheureusement empêché d’aller plus loin avec son pays, mais les soirs où ça rentrait il fallait plutôt se retrouver devant la téloche. Personne n’a autant marqué que lui dans un match d’AfroBasket (41 points en 2007 sur la Libye), personne n’a autant varié entre “he’s on fire” et “c’est qui ce type ?”. Bonheur ultime après avoir rampé à ses débuts, Radhouane remportera les deux seules médailles d’or de la Tunisie dans son histoire : une en 2011 et une en 2017.

Joaquim Gomes (Angola)

Dans un monde parfait, un représentant de chaque grande nation serait intégré à ce Top 5, histoire de déployer le plus bel eventail africain possible. Mais comment oser écarter Joaquim de la liste finale, lui qui a sa place parfaitement prête aux côtés de Carlos Morais ? Déjà qu’enlever Miguel Lutonda était corsé, “Kikas” ne pouvait pas subir le même sort. Cinq fois médaillé d’or de l’AfroBasket avec l’Angola, Gomes avait un bon paquet de Tavarez dans son équipe au début des années 2000, mais cela n’a pas forcé l’ailier-fort à passer inaperçu. MVP de la compétition ? Deux fois… de suite, en 2007 et 2009. Les tresses façon Iverson, le sourire façon Bisounours, mais de la TNT dans les mollets.

Chamberlain Oguchi (Nigéria)

C’est avant tout pour son incroyable année 2015 qu’on se permet d’intégrer Oguchi à la table des plus grands. L’envie aussi de mettre en avant ce premier titre du Nigéria, remporté à Tunis devant les puissances que sont l’Angola et la Tunisie. D’autres perles comme Diogu, Gasana ou Magoliço aurait pu avoir cette faveur, mais ceux qui ont vécu le sacre nigérian se souviendront de Chamberlain et ses cannes de feu, terrassant l’Ouganda sous les yeux de son poto Al-Farouq Aminu. MVP de l’AfroBasket, Champ lâchait son salut militaire à chaque ficelle transpercée, et c’est peu dire s’il y en a eu un paquet. Ultra-excitant à regarder, ultra-compétiteur et un titre marqué dans l’histoire de son pays. Mérite sa place avec les plus grands.

Tel un Top 10 all-time ou un 5 majeur for ever, rassembler les 5 plus grandes forces de l’histoire de l’AfroBasket n’est pas une tâche des plus aisées. Et nombreux sont ceux qui ont également brillé pendant cette compétition. Même Erik Killmonger aurait galéré à faire son quintet, bien qu’il soit capable de tenir le regard avec une panthère noire. On vous laisse avec quelques highlights ci-dessous, pendant qu’on appelle le roi du Wakanda !

Les visiteurs ont tapé :


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top