Pelicans

Le petit festin de Monsieur Anthony Davis : 44 points, 17 rebonds, 6 interceptions et 3 contres à Brooklyn

Que ce fût compliqué pour les Pelicans cette nuit à Brooklyn. Il aura fallu deux prolongations et un peu de sérieux pour qu’Anthony Davis et ses potes se débarrassent des Nets sans trembler : merci le monosourcil.

Anthony n’était pas seul dans son oeuvre, on va parler des autres joueurs qui ont eux aussi contribué à la victoire de New Orleans cette nuit, mais le All-Star était évidemment au centre des félicitation lorsque le buzzer final sonnait. La performance ? On pouvait l’attendre facilement, en connaissant les lacunes des Nets à l’intérieur. Se prenant absolument toutes les mixtapes possibles et imaginables par les géants de la Ligue cette saison, Brooklyn décidait de jouer une nouvelle fois à ce jeu en espérant que les autres ne rejoindraient pas Davis dans son chantier. Manque de pot, Rajon Rondo était en mode Boston 2010 et la pire Holiday-Mirotic voulait elle aussi se faire plaisir. Le genre de matos qui créait quasiment trente points d’avance pour les Pelicans, nous permettant de penser que la soirée étai déjà terminée. Oui, mais non. Suite à un comeback de mammouth lancé par Spencer Dinwiddie et compagnie, les Nets s’accrochaient, recollaient au score et parvenaient même à forcer une prolongation. Mauvaise fin de temps réglementaire pour les visiteurs, il va falloir tout donner dans l’extra-time.

C’est la deuxième qui fût la bonne, fort heureusement. Avant même que le temps bonus soit activé, Anthony Davis avait déjà réalisé un chantier puisqu’il frôlait la quarantaine bien avant que les 48 premières minutes ne se terminent. Malheureusement, le money-time du phénomène et sa première prolongation n’étaient pas top, la belle défense collective de Brooklyn donnant tout pour limiter la bête. Sauf qu’une fois la première période supplémentaire passée, Davis disait tout simplement fuck this. Donnez-moi la gonfle, je vais terminer le travail. Meilleur dans sa deuxième prolongation, l’intérieur punissait les Nets pour leur culot et New Orleans repartait avec une précieuse victoire. Oui, taper Brooklyn n’est peut-être pas un immense accomplissement, mais compte-tenu des récentes galères d’infirmerie des Pels et le push effectué par le quatuor Blazers – Clippers – Nuggets – Jazz dans la course aux Playoffs, il fallait assurer le job. Maintenant que c’est fait, les soldats de NOLA peuvent souffler un coup et démarrer la semaine prochaine avec enthousiasme. Si Anthony Davis peut claquer de nouvelles performances comme celle-ci, bonjour le délire pour les adversaire. Tout juste injouable, quand il veut.

Un petit 44-17-6-3, c’est pas tout mal, n’est-ce pas ? Il fallait chaque unité de cette monstrueuse ligne de stats pour écarter Brooklyn, ce qui est aussi fort que peu rassurant. Allez, laissons les Pels tranquilles, ils ont bien mérité leur victoire…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top