Bulls

Zach LaVine a tenu tête à Jimmy Butler : 35 points pour l’animal, oui j’ai bien été transféré contre toi

Zach LaVine
Source image : NBA League Pass

Le duel de la nuit était évidemment du côté de Chicago, avec de nombreuses têtes se croisant suite au transfert de l’été dernier : Zach LaVine et Jimmy Butler ont tout donné, le premier l’a finalement emporté sur le second.

Installons tout de suite le contexte, pour les lents et les lentes qui n’auraient pas compris toute l’importance de cette rencontre. Dans un froid de canard qui ferait presque passer Paris pour une station balnéaire, Chicago accueillait les Wolves et son armée d’anciens joueurs made in Illinois. Taj Gibson d’abord, mais Jimmy Butler surtout, voilà deux têtes en plus de celle de Tom Thibodeau qui permettaient aux fans de lâcher quelques lourds applaudissements avant la rencontre. Il faut dire que le trade d’il y a 6-7 mois était encore dans la tête de nombreux supporters. Après de bons et loyaux services sous la tunique des Bulls, Butler était envoyé aux Wolves contre Zach LaVine, Kris Dunn et un pick (Lauri Markkanen). Un échange qui ne nous permettait malheureusement pas de voir le marsupial et le All-Star s’affronter, car LaVine se remettait de sa lourde blessure pendant les mois suivants. Du coup, le premier grand meeting avait lieu cette nuit, et l’excitation était forcément maximale pour cette rencontre. Pas de Dunn, certes, mais un duel Zach – Jimmy à observer avec des jumelles, car chacun avait un message à envoyer à l’autre. Tu seras jamais comme je l’ai été ici, regarde comment on se démerde bien sans toi : bing, bang, pow.

Immédiatement agressif en défense, afin de faire passer une sale nuit à son adversaire direct, Buckets faisait frissonner les membres du United Center qui retrouvaient avec bonheur la détermination de l’ailier des deux côtés du terrain. Grosse pression, gros panier, petit trashtalking entre deux moves au poste, on sentait que Jimmy voulait impérativement quitter son ancienne salle avec la victoire et – si possible – le cadavre de LaVine sous le bras. Seul problème pour Butler, Zach avait lui aussi de fortes intentions et le nouveau scoreur des Bulls n’allait pas s’incliner pour sa première contre son ancienne équipe. Coucou Towns, coucou Wiggins, salut les copains. Remember me ? D’abord étouffé par la défense d’en face, LaVine restait patient et montait en température au meilleur moment. Celui durant lequel Chicago avait besoin d’un sauveur, pour remonter l’écart puis finir le job dans le money-time. Un gros dunk pour faire lever la salle, un énorme trois-points pour égaliser et mettre la pression sur les Wolves, Zach était chaud-bouillant. Puis, après un panier décisif de Jimmy, c’est ce même LaVine qui obtenait trois lancers et remettait les Bulls devant. Aucun stress sur la ligne, aucune difficulté à mettre une main sur la victoire. Défendant intelligemment la dernière possession du match, un tir raté de Buckets, l’ailier des Bulls triomphait logiquement. Non seulement il avait battu son ancienne équipe, mais en plus il avait tenu le regard à Jimmy Butler, dans un match à forte signification passée comme à venir.

Au-delà des 7 défaites de suite désormais zappées par le phénomène ? C’est un vrai bombage de torse que Zach LaVine a offert à son public. Non, ce n’est pas Jimmy Butler, mais il y a du fort potentiel dans ce kid. Et le montrer face à l’ancienne égérie des Bulls, il fallait le faire.

Couverture


1 Comment

1 Comment

  1. Bad Boys Rule

    10 février 2018 à 11 h 53 min at 11 h 53 min

    Jacques Lavigne et Kris Dunn ont fait désaouler toute la Bulls Nation. A quand un apéro sur le côté visionnaire du duo GarPax ? mdr

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top