Thunder

Le Thunder envoie un message fort aux Warriors : victoire 125 à 105, attention au printemps…

Paul George / Russell Westbrook
Source image : YouTube

C’était le main event de ce mardi soir, le rendez-vous parfait pour affronter la neige au calme. Un duel entre Thunder et Warriors ? Une nouvelle victoire d’OKC, et cette fois sur le parquet d’Oakland : Paulo et ses potes ne sont pas là pour déconner.

La défaite face aux Lakers était tellement dégueulasse que certains en venaient même à aborder la rencontre en se planquant sous la table. Une défense inquiétante suite à la disparition d’Andre Roberson, un banc irrégulier, impossible de compter sur des cadres au top de leur forme tous les soirs, en bref le déplacement chez les Warriors ne tombait pas forcément à pic… sur le papier. L’avantage du Thunder ? Ce n’était pas non plus la méga-forme chez les hommes de Steve Kerr, battus à deux reprises sur leurs trois dernières rencontres. On avait donc deux titans en battle dans la Baie, et 48 minutes pour se départager. Malheureusement pour les fans de Golden State, ce qui devait être une potentielle monnaie rendue se transforma en nouveau chèque balancé à la gueule. Profitant du départ canon de Paul George et Russell Westbrook, Billy Donovan ne voyait pas sa défense s’améliorer si méchamment que ça mais c’était déjà nettement mieux que lors des rencontres précédentes. Surtout, c’était nettement mieux que le taf réalisé en face, Golden State encaissant bucket sur bucket pour une première mi-temps terminée à 70 pions encaissés. Kerr parlait de fatigue de ses joueurs récemment à l’approche du All-Star Break, excuse bidon ou pas c’était on ne peut plus évident des deux côtés du terrain pour les Warriors. Tirs loupés aisément, défense moyenne, fautes techniques écopées, impossible de l’emporter ainsi quand en face l’hydre à deux têtes débarque avec le couteau entre les dents.

Et il était au top de sa forme, lui, le duo d’OKC. Pourquoi pas de Big Three ? Pour la simple et bonne raison que Melo quittait les siens dès le début de la rencontre à cause d’une galère à la cheville. Le gerne de galère qui peut pénaliser le Thunder… ou bien élever le niveau d’intensité de ses deux principales stars. George et Westbrook, juste 72 points, 14 rebonds et 12 passes en duo. Une sorte de James Harden contre Orlando, ricanerons certains, mais au-delà des chiffres c’est le step-up des deux monstres qui ravissait les fans. Concentrés, dansant balle en main, ils auraient pu paniquer en perdant Anthony sur l’aile et donc Roberson depuis quelques jours, mais la mission n’en devenait que plus belle. Allons l’emporter à Oakland en antenne nationale, et si possible dans un blowout. La bonne grosse vingtaine de points d’avance, un public qui pète un plomb, l’arbitrage était une nouvelle fois au centre des discussions mais comment faire autrement avec une telle rivalité ? Kerr le disait lui-même en sortie de rencontre, ses joueurs étaient bien pires que les hommes au sifflet, ce qui limitait toute amende à la con et envoyait un message au groupe. Que Golden State veuille atteindre le break, soit, mais il va falloir se reprendre avant cela. Alors qu’au Thunder, les pertes récentes et la défense obsolète étaient au menu des derniers jours, tableau effacé pour laisser place à une grosse victoire en déplacement.

La première était un test, remporté par OKC à domicile. La deuxième était un vrai challenge, remporté par le Thunder à Oakland. Saison régulière ou pas, Paul George et ses potes n’ont pas peur d’affronter Golden State et cela s’est vu une nouvelle fois cette nuit. On a peur de se répéter, mais pitié, donnez-nous une série en 7 entre ces deux ennemis…

Couverture

2 Commentaires

2 Comments

  1. Joe Danielos

    7 février 2018 à 8 h 32 min at 8 h 32 min

    Huestis en remplacement de Roberson, il a fait le taff ! A mon avis, Ferguson a des cheveux a se faire !
    Et les rotation B.Donovan ont étaient digne des Playoffs; Bref le THUNDER n’était pas là pour rigoler, et ça fait du bien !

  2. Meuhclem

    7 février 2018 à 11 h 40 min at 11 h 40 min

    Le Thunder a rarement peur d’affronter les grosses équipes en saison régulière mais les playoffs c’est une autre histoire…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top