One-on-One

Spencer Dinwiddie : la belle surprise de l’année à Brooklyn, la bise à ses détracteurs

Spencer Dinwiddie

Ayant pris la place de titulaire de D’Angelo Russell, Dinwiddie réalise une très bonne saison du côté de Brooklyn.

Source Image : YouTube

Si on devait retenir une chose positive du côté de Brooklyn, hormis le fait qu’ils n’arrangent pas les Cavaliers et leur pick à force de gratter des matchs ici et là, c’est la révélation du jeune meneur Spencer Dinwiddie. Et s’il semble promis à un immense avenir dans la Grande Ligue, le meneur a dû se battre pour en arriver là. 

S’il était déjà à Brooklyn la saison dernière, c’est bien cette année que Spencer Dinwiddie a passé un cap. Jusqu’alors remplaçant de D’Angelo Russell, Dinwiddie a été désigné pour le remplacer dans le starting five suite à sa blessure en début de saison qui l’a gardée éloigné des terrains pendant deux mois. Durant cette période, Spencer va se révéler être un vrai bon meneur, en augmentant radicalement son niveau de jeu et en tournant en 14,4 points, 7,2 passes et 3,4 rebonds durant l’absence du numéro deux de la Draft de 2014. Dinwiddie va tellement impressionner que même suite au retour de Russell il y a deux semaines, il a conservé sa place de titulaire depuis, relayant D’Angelo sur le banc. Même si Spencer peut se montrer assez irrégulier dans ses performances, il enregistre sur la saison une  moyenne acceptable de 16,9 points, 3,8 rebonds et 4,4 passes. Il est néanmoins capable de grosse pointes, comme lors de la belle victoire des Nets cette semaine face aux Sixers, durant laquelle il a enregistré 27 points. Et si Dinwiddie a intégré le cinq de départ de Kenny Atkinson, c’est aussi parce qu’il est capable de step-up dans les moments importants. Il a en effet déjà marqué un panier égalisant ou donnant l’avantage aux Nets dans la dernière minute à six reprises cette année. Plus fort encore, il a marqué un total de 81 points dans le quatrième quart-temps lorsqu’un match s’est joué à 5 points ou moins, ce qui le place huitième de la Ligue à égalité avec Kristaps Porzingis dans ce domaine. Brouette ? Pleine.

La réussite qui semble aujourd’hui lui sourire a pourtant longtemps tourné le dos à Dinwiddie. Lors de sa saison Junior dans le Colorado, le meneur a en effet été victime d’une terrible blessure, qui lui a notamment rompu les ligaments croisés et détruit son ménisque. Alors encore jeune, Spencer a surmonté ce terrible événement pour se faire sélectionner en 38ème position par les Pistons lors de la Draft de 2014. Il va cependant passer la majorité de ses deux années à Detroit en G-League, mais va continuer de se battre et de progresser. Malgré ses efforts, le slasher sera tout de même tradé en direction de Chicago en 2016. Il ne passera pas beaucoup de temps chez les taureaux puisque les Bulls décident de le couper avant le début de la saison. Spencer va alors trouver refuge aux Nets, chez qui il signe un contrat de trois ans. Il jouera alors l’intégralité de la saison, ne manquant que deux matchs lors de la dernière campagne. La suite, vous la connaissez, il est désormais le meneur titulaire de Brooklyn, et Dinwiddie a d’ailleurs profité de cette situation pour s’adresser à ceux qui ont douté de lui au micro de Max Resetar :

« Merci [à mes détracteurs]. Je le pense vraiment. Les gens vont parler. Je pense que j’ai prouvé avoir le niveau pour être titulaire. Je suis un joueur qui a de l’impact dans cette Ligue. À chaque fois que j’ai un jour sans, les gens vont dire ‘Oh, c’est pour ça qu’il était en [G]-League.’ Je vais entendre ça pour le reste de ma carrière.

Je veux pousser cette aventure aussi loin que possible. Je ne suis pas venu jusqu’ici juste pour faire simplement partie de la Ligue ou pour faire une seule bonne saison. Je suis venu ici parce que je veux gagner des titres, je veux devenir un grand joueur et avoir un impact durable sur le jeu et sur la société en général. Je suis loin d’avoir accompli ces buts donc j’ai encore un long chemin à faire. J’espère que ce sera un long chemin et qu’il sera couronné de succès »

Même s’il n’a pas encore l’impact dans le jeu qu’il aimerait, l’impact dans la société dont il parle semble réellement tenir à coeur au meneur. En effet, si la réussite et l’argent montent à la tête de certains jeunes débarquant en NBA, il n’en est rien pour lui. Le meneur de 24 ans né dans une famille modeste de Los Angles n’oublie pas d’où il vient, et utilise justement sa réussite pour en faire profiter un maximum de gens. On l’a plusieurs fois aperçu dans des hôpitaux pour enfants de Brooklyn avec lesquels il passe régulièrement ses après midis. Récemment, il a donné de l’argent aux victimes de l’ouragan Harvey, et il a également monté une fondation qui vient en aide à des enfants défavorisés de Brooklyn et de LA, financièrement, mais aussi en les accompagnant à travers l’éducation et le sport. Interrogé sur ce côté philanthrope, Dinwiddie en profite pour remercier sa famille de lui avoir transmis ces chouettes valeurs :

« Je pense que ça a à faire avec l’histoire de ma famille. Leur dévotion, d’aider les autres et donner en retour.  Quand tu es élevé dans ce genre de culture, ces valeurs sont ancrées en toi.»

Si on ne sait pas de quoi le futur de Spencer Dinwiddie sera fait, on espère qu’il sera plein de réussite, car en plus d’être un bon meneur le natif de Los Angles semble être un mec extra. La chance peut vous sourire en NBA, parfois. 

source texte : slamonline.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top