Knicks

Nouveau pépin physique pour Ron Baker : fin de saison pour l’arrière des Knicks…?

Ron Baker

Les Knicks vont devoir se passer de leur arrière masqué pour une durée indéterminée.

Source : Youtube

Ron Baker enchaîne les pépins physiques cette année. Après sa vilaine blessure au visage contractée alors qu’il se faisait escalader par Anthony Davis, c’est désormais pour une luxation de l’épaule et une déchirure du labrum que l’arrière des Knicks va être mis sur la touche.

Décidément, pas de break pour Ron Baker, qui pourrait manquer la fin de la saison en raison d’une épaule disloquée et d’un labrum déchiré. Deux nouveaux petits bobos qui viennent s’ajouter à la longue liste de pépins de Baker, qui avait déjà failli voir sa carrière arrêtée net par le dunk d’Anthony Davis. En dépit de statistiques plus que modestes (2,4 points, 1,6 passes et 0,9 interception en 13 minutes), l’arrière masqué de New York est un élément intéressant pour Jeff Hornacek, notamment en raison de son intensité défensive et de sa vision du jeu. Embêté par les blessures, Baker sortait de cinq matchs sans inscrire le moindre point et d’un mois de janvier globalement très faiblard.

Si la durée de son absence est encore indéterminée, elle ne devrait pas trop gêner les Knicks qui, malgré les déclarations de Kristaps Porzingis, foncent tout droit vers un lottery pick. Les 13 minutes de moyenne de Baker, qui peut aussi bien jouer arrière que dépanner au poste de meneur, devraient donc être partagées entre Frank et Trey Burke. C’est ce dernier qui va avoir une vraie carte à jouer : avec 7,4 points et 3,4 passes de moyenne en 12,6 minutes depuis son arrivée aux Knicks (8 matchs), l’ancien Wolverine devra apporter ses points et mettre de l’impact, dans un registre différent que celui de Baker. Le sosie de Luke Skywalker (ou de Samy de Scooby-doo, au choix) devrait de son côté opt in sa dernière année de contrat à neuf millions de dollars… En effet, difficile d’espérer signer plus pour un joueur potentiellement blessé jusqu’à cet été dont les statistiques sont en baisse approximativement partout.

Si la saison de Ron Baker pourrait être terminée, son aventure aux Knicks, elle, devrait encore durer au moins un an. Sa no-trade clause lui permettra de bloquer tout transfert l’envoyant dans un trou pourri : quitte à ne pas pouvoir jouer, autant que ce soit à New York.

Source : Dan Feldman, NBC


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top