Pistons

Les Pistons tentent un vrai pari : Blake Griffin et Andre Drummond à l’intérieur, à l’assaut de l’Est

En récupérant Blake Griffin contre Tobias Harris, Avery Bradley, Boban Marjanovic et des clopes ce lundi soir, les Pistons ont décidé de faire all-in : marre de rester dans le milieu de tableau, on tente le tout pour le tout dans une Conférence Est ouverte.

Stan Van Gundy en parlait depuis des semaines, des mois. Avec son habituelle honnêteté, parfois brutale, le moustachu le plus autoritaire du Michigan scandait qu’aucun joueur de son effectif était véritablement intransférable. Portes ouvertes chez les Pistons, qui veut téléphoner au bureau est le bienvenu. Malheureusement, le mode avion était davantage d’actualité que le mode vibreur, les contrats validés par la franchise n’inspirant pas beaucoup de monde. Jusqu’à ce lundi donc, avec des Clippers prêts à récupérer quelques pièces en l’échange d’un All-Star. Car oui, étoile confirmée ou pas, Blake Griffin est un All-Star. Un garçon qui peut envoyer 20 points, 8 rebonds et 4 passes en dormant, et bien plus quand il a le rythme dans son sens certains soirs. Les décisionnaires de Detroit ont donc décidé d’arrêter la reconstruction que va piano va sano en accélérant le processus en un claquement de doigts. Le milieu de tableau est confortable, mais vers où mène-t-il ? Et quel joueur de cet effectif actuel peut envisager une carrière étoilée avec sérieux ? Stop. Reproduisons le modèle le plus efficace et pertinent dans la NBA actuelle, associons deux joueurs majeurs et voyons ce que la mayonnaise peut donner. Quitte à ce que ça foire. Un coup de poker, une vraie prise de risque compte-tenu des antécédents médicaux de Blake, mais exactement ce qu’il fallait pour dynamiser les Pistons. Pas dynamiter, dynamiser.

Andre Drummond et Blake Griffin ensemble, qu’est-ce que cela peut bien donner ? D’instinct, à chaud, sur le papier comme dirait l’autre, les qualités athlétiques et physiques des deux bonhommes ont de quoi donner le sourire aux fans de Motown. On parle quand même, dès la première minute, du meilleur duo d’intérieurs dans la Conférence Est et la discussion n’a pas lieu d’être. Une option que les Pelicans ont envisagé de leur côté, attirant des petites pièces utiles autour de leur duo de monstres afin de faire le push à l’Ouest. Avec la tristesse récente qu’on connaît, mais une efficacité qui commençait à se voir. Du coup, à Detroit, on peut rapidement se targuer d’avoir le meilleur ailier-fort de la conférence ainsi qu’un des cinq meilleurs pivots, ce qui représente une base admirable pour construire l’avenir. Et là intervient un élément qui déterminera aussi la gueule de la franchise jusqu’en 2021, le fait que les deux géants sont sous contrat. Il n’y a donc pas de pression contractuelle à venir, la seule qui existe est dans la capacité de Griffin à jouer plus de 60 matchs, et celle de Drummond à s’ajuster à son nouveau coéquipier. La bonne nouvelle, c’est que Stan Van Gundy est un coach intelligent. La deuxième bonne nouvelle, c’est qu’on a un vrai joueur au poste, et un éboueur royal qui peut devenir un bras-droit idéal. La mauvaise ? Ce n’est pas avec la base arrière actuelle que les Pistons iront où que ce soit. Les opérations seront donc aussi évidentes que précises : créer une alchimie entre les deux boys sous les arceaux, aborder l’été avec un vrai plan de recrutement sur les ailes, et choper un meneur capable de créer un semblant de Big Three au nouveau Palace.

Si SVG et ses gars peuvent cocher ces cases ? Le pari pris vaudra largement le coup. Car la Conférence Est a été prévenue, cette nuit : on ne sait pas ce que vont donner ces Pistons, mais ils seront là pendant quelques années car Blake Griffin et Andre Drummond sont verrouillés. Au boulot messieurs, il y a largement la place pour faire chier l’élite de l’Est.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top