Bulls

Zach LaVine en galère : les fans des Bulls vont devoir prendre leur mal en patience

Zach LaVine

Zach LaVine est en galère offensivement. Presque un mal pour un bien dans la course au tanking, pas vrai Gar ?

Source image : NBA League Pass

De retour sur les terrains depuis à peine deux semaines, Zach LaVine peine à retrouver son adresse et par extension son efficacité offensive. Heureusement pour lui, les Bulls semblent avoir relancé la mission tanking, et l’arrière devrait avoir tout le temps dont il a besoin pour retrouver son rythme de croisière.

L’excitation des fans des Bulls quant au retour de Zach LaVine était tout à fait compréhensible, tant l’ex-loup du Minnesota présente des caractéristiques parfaites pour s’exprimer dans le système de Fred Hoiberg. S’il est tentant de s’imaginer le double vainqueur du Slam Dunk Contest s’affirmer en tant que franchise player de Chicago, il ne faut pas oublier que le gamin revient d’une énorme blessure et d’une interminable période de rééducation. Impossible donc d’en attendre autant et de lui attribuer de telles responsabilités, le propre d’un joueur revenant d’une blessure étant l’irrégularité. Et c’est précisément ce qui fait défaut à LaVine, qui après quelques matchs encourageants semble marquer le pas, notamment au niveau de l’adresse. Ses deux dernières sorties témoignent de son manque de rythme ; après avoir déchiré face aux Lakers (3/17 dont 2/8 du parking), il a de nouveau pataugé hier soir, contre les Bucks (2/11 dont 0/5 de loin). Mais l’arrière des Bulls n’était pas inquiet après sa contre-performance à Los Angeles au micro de K.C. Johnson du Chicago Tribune.

« Je me sens bien, j’ai juste manqué des shoots faciles. Je dois être meilleur. Ce soir, j’ai été pourri. C’est tout un processus. C’est frustrant parfois. On aimerait que ce soit moins dur. Je suis prêt et me sens capable d’apporter dans les fins de matchs. Ce soir, je n’y étais tout simplement pas. »

Une inconstance et une inefficacité qui traduisent également un manque d’automatismes avec des joueurs qu’il ne connaît finalement que très peu, et avec lesquels il n’a pas encore beaucoup joué. Un autre élément à prendre en compte : l’absence de Kris Dunn. Le meneur titulaire habituel de Chicago s’était imposé comme le maestro de l’équipe, et imposait une pression défensive incroyable qui permettait à LaVine de se concentrer essentiellement sur le scoring, via le jeu sans ballon et les contre-attaques. En l’absence de Dunn, les Bulls affichent un triste bilan d’une victoire pour trois défaites, et l’équipe a abandonné la mentalité collective développée avec le jeune meneur qui avait permis aux Bulls d’enchaîner les victoires en décembre. Une absence qui impacte directement LaVine, qui ne bénéficie plus des décalages de Dunn et qui, en conséquences, force beaucoup plus de shoots, un constat qui de plaît pas forcément au coach des Bulls.

« Il est évidemment capable de mettre des shoots compliqués. J’ai trouvé qu’il en avait tenté quelques uns, notamment de longs tirs à mi-distance. On lui a montré de bons exemples où il a attaqué le switch avant d’aller au panier, créé pour un coéquipier en attirant la défense ou ressorti un ballon pour un 3-points ouvert. […] Nos gars s’habituent à lui. Il s’habitue à eux aussi. Au fur et à mesure qu’il s’intègre à notre effectif, il va gagner en confort, surtout avec des minutes plus conséquentes. »

Si le coach des Bulls est lui aussi persuadé de la réussite future de LaVine sous la mythique tunique des taureaux, il est conscient que cela va prendre du temps, et qu’il va falloir être patient. En attendant, Hoiberg a déjà souligné les progrès de Zach LaVine dans le secteur défensif, où il était encore très tendre depuis son retour. C’est aussi en apportant ailleurs que dans le scoring qu’il parviendra à reprendre confiance et à peser sur le jeu. Face aux Bucks, il a réalisé trois interceptions et distribué cinq passes, pour tenter de compenser son manque d’adresse. Le processus de reconstruction est bien lancé, à Chicago, et les dirigeants chicagoans ont déjà laissé entendre que LaVine faisait partie intégrante du projet. Pas de panique à bord, donc. On pourrait même croire que la situation arrange les pro-tanking de la Windy City puisque les Bulls, qui étaient bien remontés au classement à l’Est, se rapprochent du peloton de tête en vue du first pick. Une tournure qui pourrait pousser GarPax à trader Mirotic (et/ou Lopez) avant la deadline, maintenant que tout espoir de Playoffs semble définitivement éteint.

Pas d’inquiétude, donc, quant à la difficulté de l’arrière de Chicago à retrouver son rythme en attaque. Il lui faudra bien plus que deux petites semaines pour revenir à son niveau, mais les Bulls, déjà très prudents avec lui pendant sa rééducation, ne lui mettront aucune pression. Reste à voir comment LaVine finira la saison, ses performances pouvant influer sur le montant d’une potentielle prolongation de contrat cet été…

Source texte : K.C. Johnson, Chicago Tribune

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top