Thunder

Mission du jour : Carmelo Anthony peut-il atteindre le club des 30 000 points en carrière ?

Carmelo Anthony
Source image : NBA League Pass

Membre tout frais du club des joueurs avec 25 000 points en carrière, Carmelo Anthony a aujourd’hui 33 ans et nous force à poser une question : et si l’animal en avait assez dans le réservoir pour gratter les 30K ?

Chacun son club, chacun son chemin, passe le message à ton voisin. LeBron avait démarré la semaine avec un passage par le péage trois-zer-zer-zer-zer-zer, c’était à San Antonio dans une vilaine défaite des Cavs. Cependant, James n’était pas le seul à vivre un grand moment dans l’histoire du scoring NBA, Melo dépassant ses 25 dans une victoire du Thunder à Detroit. Pour le premier, la question est de savoir s’il pourra aller taquiner Kareem Abul-Jabbar et ses 38 387 points en carrière. Pour le second, la question est de savoir s’il pourra atteindre le palier touché par BronBron il y a quelques jours. Cinq mille points avant la fin de sa carrière, un objectif inconcevable pour Carmelo Anthony ? Pas tant que ça, si on regarde de plus près. C’est justement l’occasion idéale pour faire quelques projections, et voir si le bonhomme du Maryland rejoindra les plus grandes légendes du scoring une fois les pompes définitivement délacées.

500 pions nous séparent de la ligne d’arrivée. Au moment où ces lignes sont écrites, Melo a 33 ans, 34 dans quatre petits mois, ce qui commence à en faire tousser certains. Mais une chose semble sûre, on devrait pouvoir compter sur environ 68 matchs de l’ailier par campagne. C’est sa moyenne en carrière, plus de 1000 rencontres en 15 saisons, on est sur du 68 bien tassé. Et vu son jeu axé sur l’extérieur, donc limitant les contacts capables de provoquer de grosses blessures, Anthony pourrait tout simplement enchaîner les filoches sans trop manquer de rencontres. Cette année par exemple, le vétéran a participé à 47 des 49 rencontres du Thunder. Sur les trente prochains, il suffit qu’on en enlève quatre ou cinq et le compte est bon, même au-dessus des espérances. Partons donc sur le total suivant, celui de 68 rencontres par saison, en croisant les doigts pour qu’aucun majeur pépin physique ne vienne bousculer cette projo.

En validant 68 rencontres par saison, maintenant vient le scoring. Finies semblent les années fire-fire de type New York ou Denver, à plus de 20 points de moyenne. Que ce soit cette année à OKC ou à l’avenir où que ce soit, compter sur 15 à 18 points de moyenne est une prévision honorable. Trop compliqué de croire en un Anthony à 12 points de moyenne, le bonhomme fait partie de l’élite all-time en attaque, il ne va pas se reconvertir en défenseur ultime à 35 balais. Melo est là pour get buckets comme on dit, ce qui nous permet d’attendre 16 points de moyenne sur sa fin de carrière, quels que soient ses futurs choix d’équipe et ses potentiels pépins physiques. On vise bas, pour obtenir une estimation donnant un poil d’optimisme au final. Nous avons nos 68 matchs en moyenne par saison, et nos 16 points de moyenne par match. Qu’est-ce qu’il nous reste à faire ? Beh le calcul, mon cher Jean-Mi.

Partons sur 1100 points la saison, voilà ce que pourrait et devrait offrir Melo jusqu’à ce qu’il annonce sa retraite. Elle pourra avoir lieu à 37, 38 ou 39 ans, mais cela ne changera pas cette base projetée. En ajoutant 1100 points la saison, il faudra 5 saisons ou 4 bien corsées pour que la barre des 30 000 soit touchée. Ce qui n’est pas impensable, après tout l’ailier a un jeu qui lui permettra de rester efficace jusqu’à 40 balais, un peu comme Dirk qui claquait encore 1300 points la saison à 37 ans. Maintenant, tout va finalement dépendre du choix que fera Carmelo cet été. Entre la possibilité de rester troisième option dans une équipe allant loin et prenant soin de lui, ou bien retrouver une deuxième voire première option, dans un cadre plus demandant et donc plus exposé aux galères de fin de carrière. Jusqu’à la fin de sa carrière et probablement de sa vie, Anthony saura trouver la filoche balle en main. Ce n’est donc pas impossible de le voir rejoindre le club des 30 000. Mais pour ça, il faudra rester discipliné, faire les bons choix et durer encore un peu en NBA.

Allez, partons sur 4 grosses saisons comme celle actuelle, à 17 points de moyenne sur 73 matchs joués. S’il tient la barre, Carmelo Anthony pourra s’asseoir avec les 7 autres joueurs ayant validé les 30 000. Il a le poignet, le talent, l’approche du jeu et la dalle pour y arriver : y’a plus qu’à, comme dirait l’autre.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top