Thunder

Record de saison pour Russell Westbrook : 46 points du Brodie à 19/29 au tir, dynamite sur Washington !

On ne l’avait plus trop vu sur ce mode nucléaire depuis quelques temps, mettant ses coéquipiers à l’aise plutôt que de foncer tout seul tête baissée. Ce jeudi, le Thunder avait cependant besoin d’un Russell Westbrook en mode scoring, et le MVP en titre a évidemment répondu présent : température 46.

Question, combien de fois l’ami Russ a planté minimum 40 points cette saison ? On vous laisse un peu de temps pour réfléchir, mais la réponse est 1. C’était contre Milwaukee, dans une défaite controversée, ce qui n’indiquait rien de bon pour OKC. Un meneur agressif est toujours le bienvenu, mais peut-être est-ce meilleur s’il se concentre sur l’installation de l’équipe avant de prendre feu ? Oui, sauf quand ses coéquipiers ne sont pas dedans. Et contre Washington cette nuit, ni Paul George ni Carmelo Anthony étaient dans un grand soir offensivement parlant, PG se mettant en duo avec Steven Adams pour réaliser un énorme boulot défensif. Les Wizards avaient beau être nonchalants, ils avaient beau déployé une défense piteuse en première mi-temps, il n’empêche que Bradley Beal était sur une autre planète et Markieff Morris l’aidait dans son projet, celui de tenir tête au Thunder. Quelques 41 points pour le sniper de la Maison-Blanche et une fin de troisième quart moyenne pour les hôtes, il n’y avait pas trente-six solutions pour régler les comptes dans les douze dernières minutes de la partie. S’il y avait bien un homme capable de mettre le match sur ses larges épaules et de courir jusqu’à Neptune, c’était Westbrook. Incisif, motivé et surtout titillé par cette histoire de remplaçant au All-Star Game, Russ appuyait sur le gros bouton rouge.

Et le reste ? Well, demandez à Scott Brooks justement, ancien coach du meneur à OKC, ce qu’il en pense. Forcément nostalgique en revenant dans cette Chesapeake Arena qui fût sienne pendant un certain temps, l’entraîneur des Wizards était au premier rang pour assister au Westbrook Show. Cette sorte de tempête qui s’abat sur vous, face à laquelle vous ne pouvez rien faire, surtout quand votre protection d’arceau est aussi efficace que du PQ mouillé et vos lignes extérieures ont la flemme. Un drive, une épaule baissée, et Russell se retrouvait à l’arceau pour différentes finitions. Avec grâce, avec puissance, avec autorité puis avec générosité puisqu’il mettait ses coéquipiers en avant sur la fin de rencontre, l’ouragan était passé et avait mis un terme à toute discussion autour du vainqueur final : 46 points, à 19/29 au tir sans pour autant prendre un wagon de trois-points (1/3), Westbrook a tout mis dedans. Et on parle de « dedans » en tant que peinture, que raquette, la zone proche dans laquelle il est le plus incontrôlable. Préférant laisser ses snipers s’occuper des tentatives à distance, le All-Star faisait payer les Wizards pour leur faible résistance défensive. Bien essayé, mais trop short au finish. Furieux de perdre ainsi, Bradley Beal ne pouvait que secouer sa tête et prendre l’avion après passage de la tempête.

Prochain match à Detroit pour Russell et son Thunder. Dommage que Reggie Jackson ne soit pas là, ça nous aurait offert une nouvelle bonne raison de laisser Westbrook péter un câble : allez, retour au mode sage maintenant. Merci pour le rappel.

Couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top