Apéros TT

All-Star Game : quels remplaçants choisir ? Apéro TrashTalk

On s’est déjà occupés des titulaires dans un premier Apéro, place aux remplaçants ! Chaque année, c’est la même galère, et on ne risque pas de changer la tradition vu le bordel que les deux conférences vont imposer sur ce All-Star Game 2018.

Si vous aussi vous aimez débattre et prendre l’Apéro, c’est ICI qu’il faut vous abonner !

Russell Westbrook, LaMarcus Aldridge, Karl-Anthony Towns, Jimmy Butler, Paul George, Damian Lillard, Chris Paul, Klay Thompson, Draymond Green, Lou Williams et tant d’autres à l’Ouest. Kristaps Porzingis, Bradley Beal, Victor Oladipo, Goran Dragic, Andre Drummond, John Wall, Kyle Lowry, Al Horford, Kevin Love, Khris Middleton et compagnie à l’Est. Vous sentez déjà l’odeur du Doliprane ? Pareil. Enfin, on l’a déjà pris, vu qu’on s’est occupés de cette petite sélection fort sympathique. Seulement 7 représentants à l’Est, le même chiffre à l’Ouest, autorisation à blasphémer dans tous les sens, et derrière c’est rendez-vous le 18 février à Los Angeles. Le premier ou la première qui donne le groupe parfait a gagné, c’est un calvaire…

Le mode d’emploi ? Comme d’hab : un clic, des oreilles bien ouvertes, un coup d’œil et éventuellement, des doigts prêts à poser un commentaire. 

Source image : montage pour TrashTalk par Léonce de TBNL

2 Commentaires

2 Comments

  1. Comar

    21 janvier 2018 à 10 h 29 min at 10 h 29 min

    Remplacent est :
    Beal
    Oladipo
    Simmons
    Porzingis
    Drummond
    Horford
    Love

    West :
    Westbrook
    Paul
    Ginobili
    Griffin
    George
    Kat
    Aldrige

  2. Patrick

    24 janvier 2018 à 19 h 10 min at 19 h 10 min

    Chapeau la Team ! Et si on essayait de prendre un peu de hauteur sur cette foutue tradition qu’est le ASG lol.

    Sacré steack et au final excellentes intuitions qui au fond traduisent bien votre connaissance de la league au temps T 😉 Je veux dire par là qu’un Aldridge, un K Thompson, ou Lowry ne sont par forcément des « TV valuable players » parmi les stars, ce sont des hommes de l’ombre, des soldats qui par définition jouent le pari de l’équipe et où l’intellect de leurs coachs y est sans doute pour quelque chose.

    Mais la vraie nature d’un joueur depuis qu’il est benjamin évolue peu au fond : le rapport à la balle et la technique, la prédominance du territoire et la compétition, la dynamique de groupe et le sens du collectif, le respect de l’autorité, des systèmes et le souci du respect des consignes, la lecture du jeu et la compréhension de son sport…
    Un benjamin de 12 ans se situe assez vite par rapport à ses propres envies et ces différents axes de travail pour le futur. Que fait-on de tous ces top ten all time moins visibles, moins « TV valuable » ?

    Le All star break est l’occasion rêvée pour célébrer les stars « TV valuable » mais on fait quoi des tauliers : Steven Adams ne sera jamais All star, Pachulia, Capella non plus. Et quid de ces centaines d’anciens qui n’ont jamais été célébrés dans le cadre d’un ASG. L’occasion sans doute de debriefer cette sélection parce que statistiquement ou quand on parle des joueurs, le fait est qu’on peut les caractériser par leurs nombres de sélection ASG et on en oublie parfois le profil… Exemple : K Thompson est dans le top ten all time du soldat ou du mec que t’aurais envie de coacher. Le mec exécute point barre. Son pire défaut : ne pas avoir de réussite lol mais personne n’a envie d’avoir uns sangsue pareille sur le dos. C’est pas sexy tous les soirs du K Thompson et chez D Green ce que j’achète en tant que coach c’est sa hargne, sa fougue, son trashtalk déstabilisateur. Is sont 4 GS, ça peut choquer c’est clair mais les coachs voient juste cette année : les sélectionnés sont des types qui impactent fortement leurs équipes (avec un bon bilan collectif) sinon K Booker pourrait y être aussi.

    Voilà donc, ce message pour dire
    – excellent pronostic
    – les coachs ont malgré tout eu un regard relativement objectif par rapport à l’opposition hype/qualités intrinsèques de certains joueurs
    – le ASG reste un TV show qui peut réduire la vision qu’on peut avoir du basket pour les profanes : la diffusion TV d’un ASG nécessitera toujours un accompagnement pédagogique :  » c’est de la télé les gars, le basket au quotidien n’est pas le spectacle ASG ».

    Excellent boulot les gars, vous faites plaisir 😉

    Patrick.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top