Rockets

Embrouille épique entre Clippers et Rockets : l’histoire d’un plan machiavélique orchestré par Chris Paul

Chris Paul austin rivers
Source image : Twitter

Si les Clippers ont remporté leur match face aux Rockets et ont donc spoilé le comeback de Chris Paul à Los Angeles, ce n’est pas la rencontre qui a marqué l’actualité mais bien… l’après-match. Retour sur une affaire totalement WTF.

MLK Day ? Rien à foutre. C’est ce que certains génies ont dû se dire en ce lundi pourtant pacifique, chez les Rockets comme les Clippers. Remettons les choses en place et installons la scène, afin de bien comprendre ce qui s’est passé suite à la victoire des hommes de Doc Rivers à domicile. Dans un match aussi intense et véhiculant autant d’émotions via la venue de CP3, il fallait s’attendre à quelques embrouilles. Des gamineries de fin de match, voilà ce à quoi on avait notamment droit, pendant que le public du Staples Center appréciait le score final. Blake Griffin et Mike D’Antoni qui se bousculent, Trevor Ariza et Austin Rivers qui se clashent en bord de terrain, ajoutez un match déjà perdu par Houston et vous obtenez de potentielles galères d’après-match. Ce qui n’a pas loupé, puisqu’une fois expulsés du match, Ariza et Griffin ont eu droit à la visite de leurs coéquipiers et la mise en place d’un plan incroyable venant des Rockets. Fin de soirée NBA, pourtant Adrian Wojnarowski veille encore : le journaliste d’ESPN informe la planète basket qu’une baston a été évitée avec Austin Rivers. Le fils du Doc était apparemment la cible d’un joli petit contingent venant de Houston, sachant que ce dernier avait déjà quelques antécédents avec Harden, Ariza… et Chris Paul justement.

James Harden, Trevor Ariza et Gerald Green se sont infiltrés dans le vestiaire des Clippers après le match afin de confronter Austin Rivers, selon des sources au sein de la Ligue. La sécurité a escorté les joueurs des Rockets avant que cela ne prenne une tournure physique.

Sauf que ce serait trop beau pour s’arrêter ici. Un chat-bite entre joueurs de Houston et Los Angeles, cela ne peut pas être assez quand on connait l’animosité de chaque équipe envers l’autre. Pour rendre la chose bien plus épique, il faut évidemment que l’acteur principal de la soirée prenne part au délire : Chris Paul a donc apparemment orchestré le bordel… via une porte dont il avait connaissance et qui lierait les deux vestiaires. Ce genre de petit détail qui fait plaisir, encore une fois rapporté par le Woj. Chef d’orchestre jusqu’au bout le Popol.

Les joueurs des Rockets en voulaient aussi après Blake Griffin, comme le rapportent des sources au sein de la Ligue. Chris Paul est également entré avec des coéquipiers via une porte de derrière qui connecte les vestiaires.

Et c’est là que le tout prendra une allure exceptionnelle, puisque non seulement on imagine bien CP3 indiquer à ses boys qu’il existe une porte annexe, mais on le voit parfaitement se préparer pour régler deux trois comptes avec le fils du coach et quelques gars qui lui servaient de coéquipiers il y a encore peu de temps. Ce n’est pas comme si, devant les caméras, Paul avait indiqué que le go-to-guy des Clippers était… Lou Williams. Une bûche envoyée en pleine tête à Blake Griffin, en attendant davantage d’infos sur la relation entre les deux hommes. Que pourrait-il bien manquer à toute cette histoire, pour qu’elle rentre dans la légende ? Un plan à la Ocean’s Eleven, peut-être ? Allez, c’est cadeau.

Pendant que les quatre Rockets se rendaient par derrière dans le vestiaire des Clippers, Clint Capela toqua à la porte d’entrée principale des Clippers. Quelqu’un ouvrit la porte, le vit simplement debout, et la ferma devant lui.

Pendant ce temps-là, la police de Los Angeles était appelée par la sécurité du Staples Center, afin d’éviter une trop haute montée en température. Les joueurs ont été écartés et une investigation aura forcément lieu venant de la NBA, mais on peut résumer les choses ainsi. Le président du syndicat des joueurs (CP3), a indiqué une entrée secrète à ses coéquipiers, pour se taper avec Austin Rivers, qui n’a même pas joué, en utilisant Clint Capela comme diversion. On ajoutera évidemment des détails dès qu’on en aura, et c’est peu dire si des leaks tombent minute par minute via des journalistes présents sur place, mais il pourrait y avoir une lourde sanction venant d’Adam Silver et ses sbires, car ce type de comportement est clairement à l’opposé de ce que la NBA veut véhiculer, qui plus est en plein MLK Day, et qui plus est avec le prési des joueurs au centre des opérations. On vous disait que 2018 allait être pas mal, mais on ne pensait pas voir cela au bout de deux semaines.

The NBA, where amazing shit happens.

Source : ESPN / USA Today


1 Comment

1 Comment

  1. double_rainbow

    16 janvier 2018 à 13 h 10 min at 13 h 10 min

    Je veux un apéro !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top