Blazers

Jusuf Nurkic se paye DeMarcus « Flop » Cousins dans les médias : le trashtalking n’est pas mort

Jusuf Nurkic

Si DeMarcus est un starter dans la All-Flopping First Team, Nurkic peut postuler à une All-NBA Punchline Team.

Source image : Youtube

On va commencer à croire qu’il s’est passé quelque chose hors terrain entre DeMarcus Cousins et Jusuf Nurkic. Réputés pour être des grandes gueules sur le parquet, les deux pivots n’en sont plus à leur première prise de bec, et après la victoire des Pelicans sur Portland, le Bosnien s’est amusé à trasher Boogie dans les médias.

Jusuf Nurkic n’a pas dû apprécier de s’être fait dunker sur la tronche par Cousins lors de la défaite face aux Pelicans il y a deux jours (119-113). Le pivot des Blazers, qui n’avait pas réussi à ralentir DMC et ses 24 points – 19 rebonds, s’est payé le pivot de New Orleans en se foutant de ses chorégraphies de flopping avec un énorme tacle à la gorge en interview d’après-match au micro de NBC Sports Northwest :

« Merde alors, il ne joue pas si dur que ça. Il ressemble plus à joueur de la first team flopping… Et puis il n’est jamais allé en Playoffs, il parle vraiment pour rien. »

Headshot. Ça promet d’envoyer pour les retrouvailles entre Blazers et Pelicans, le 27 mars prochain au Smoothie King Center. Déjà parce qu’une petite rivalité est en train se mettre en place entre les deux équipes : toutes les deux menées par l’un des deux meilleurs joueurs de la Draft 2012, elles sont également directement en concurrence dans la course aux Playoffs. Derrière le quatuor de tête, elles font partie des équipes susceptibles de finir entre 5 et 11, et leurs affrontements sont d’autant plus intenses que leurs bilans se tiennent en 1 match. Et donc maintenant, Nurkic et Cousins passent des câlins sur le terrain aux mots d’amour dans les médias. Une histoire de longue date, puisque le pivot bosnien, alors à Denver, s’était déjà amusé à trasher son adversaire après lui avoir scoré sur la tête.

Bien évidemment, DeMarcus Cousins ne s’est pas fait prier pour rétorquer. Dans le genre tête brûlée, Boogie n’est pas le dernier quand il s’agit de rentrer dans le lard des adversaires, autant sur le terrain que dans les médias. Et dans le cas du pivot de Portland, c’est un amour réciproque, comme en témoigne la réponse de Cousins au tacle de Nurkic sur ses compétences artistiques :

« Pourquoi en faire une affaire personnelle ? Je n’écoute pas la moindre de ses paroles. »

Si on est un peu déçus de la répartie de Boogie, on lui fait confiance pour répondre sur le terrain avec bonne grosse perf de mammouth en mars prochain, et quelques séquences de one-on-one assaisonnées de mots doux pour son vis à vis.

Source texte : Isaiah De Los Santos, SB Nation

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top