Warriors

Flashback MLK Day : quand les Warriors prennent l’habitude de mettre une branlée aux Cavs

Warriors - Andre Iguodala Andrew Bogut

La cote pour que les Dubs l’emportent de plus de 30 points ce soir sera un petit peu plus basse que d’habitude.

Source image : NBA League Pass

C’est le rendez-vous incontournable du Martin Luther King Day depuis 2016, du moins sur le papier. Chaque fois, on entoure en rouge ce Warriors – Cavaliers avant de se retrouver à zapper sur un Knicks – Hawks finalement beaucoup plus intéressant. Petit spoiler, n’enterrez pas trop vite la réception des Kings par le Thunder à deux heures du matin, vous pourriez vite changer de canal cette nuit.

On a l’habitude désormais, les deux finalistes se croisent toujours lors du Christmas Day puis à l’occasion du MLK Day en saison régulière. Deux affiches toujours vendeuses pour la NBA et ses diffuseurs télé qui mettent le paquet autour de l’opposition la plus attendue de la saison régulière. Oui mais voilà, depuis deux ans les Warriors ont pris l’habitude d’humilier leurs amis de l’Ohio le troisième lundi de janvier. Petit coup d’œil dans le rétroviseur, afin de vérifier cette petite superstition locale.

18 janvier 2016, Golden State vient de remporter son premier titre NBA depuis plus de 40 ans et se déplace à la Quicken Loans Arena. Stephen Curry a l’impression d’encore sentir le Moët & Chandon débouché quelques mois plus tôt dans le même vestiaire et arrive en confiance après une première victoire sur les Cavs le jour de Noël (89-83). Très vite, cette confiance se transforme en une certaine insolence avec un 7/11 collectif du centre-ville dès le premier quart pour le MVP et ses potes. La second unit ajoute sa pierre à l’édifice et l’écart ne cessera de grandir pendant trois périodes. Baby Face Killer trouve quand même le temps de mettre 35 points dont 7 bombes du parking avant que les deux entraîneurs ne s’accordent pour lancer un garbage time géant à base de Brandon Rush, Jason Thompson et Jared Cunnigham. Score final, 132-98. Pendant qu’Andre Iguodala s’autorise un petit somme discret sur le banc, David Blatt sue à grosses gouttes quelques mètres plus loin. L’Américano-Israélien sait qu’il est en sursis, il en aura la confirmation dans la semaine. Le 22 janvier, les Cavaliers annoncent qu’ils se séparent de leur coach malgré leur première place au sein de la Conférence Est.

16 janvier 2017, c’est le King et ses sbires qui se déplacent jusqu’en Californie cette fois-ci dans un contexte totalement différent. Les Cavaliers restent sur quatre victoires de suite contre Golden State après une win sur le fil le 25 décembre (109-108) et surtout un come-back historique lors des Finales NBA. Menés 3-1, Cleveland réalise l’exploit et achève son bourreau de l’année précédente chez lui, dans une Oracle Arena en larmes. They blew a 3-1 lead, la confiance a totalement changé de camp et LeBron se pointe à Oakland en patron pour tenter de prendre définitivement l’ascendant psychologique avant leurs traditionnelles retrouvailles du mois de juin. Sauf qu’il ne faut pas sous-estimer la capacité de réaction des Warriors qui en ont marre d’être identifiés sur les réseaux sociaux dès qu’un score de foot de D3 mexicaine se rapproche du fameux score des Finales après le Game 4. Dès les premières minutes, on comprend que Stephen Curry est vénèr. Très vite, Klay Thompson et KD prennent le relais alors que Draymond et Andre Iguodala gèrent la partie défensive. Score final, 126-91. Une démonstration de 48 minutes en guise de teaser des Finales 2017, ne laissant quasiment aucune chance à Uncle Drew et toute sa clique.

15 janvier 2018, nouvelle saison, nouveau contexte. Tout le monde retourne dans l’Ohio après une première rencontre qui a fait polémique pendant le Christmas Day avec des coups de sifflet oubliés de la part des arbitres dans le money time et un BronBron ronchon après le match (99-92). Les deux équipes sont dans une dynamique totalement opposée depuis ce match avec seulement deux victoires au compteur pour Cleveland contre deux petites défaites pour les Warriors sur cette même période. De quoi faire flipper les fans des champions 2016 qui ont acheté leur ticket pour le match de ce soir vu l’historique des oppositions entre les deux meilleures équipes de la Ligue lors de cette journée si spéciale.

Jamais deux sans trois ? Même s’il n’y a pas de règle exacte concernant les pronostics en NBA comme ailleurs, la cote d’un blowout de Golden State sera forcément un peu plus basse que d’habitude cette nuit. A LeBron et Isaiah Thomas de nous donner tort en retrouvant le chemin de la victoire à la maison.

2 Commentaires

2 Comments

  1. chutney65

    15 janvier 2018 à 21 h 54 min at 21 h 54 min

    Je propose un 118-95 pour GSW ce soir…. Qui dit mieux ?

    • chutney65

      16 janvier 2018 à 14 h 08 min at 14 h 08 min

      Finalement c’est 118-108. J’en avais quand-même un tout juste…..

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top