Heat

Preview Heat-Bucks : gros choc pour passer de la Ligue Europa à la Champion’s League

Chelsea - Heat-Bucks

Vis ma vie d’Everton.

source : melty.fr

Il fera à peine nuit en France que la NBA débarquera déjà dans nos télés et nos PC. Joies du dimanche, et puis de toute façon on avait pas envie de regarder un film ce soir. Bucks-Heat, Heat-Bucks, Daims de feu ou feu de Daims, on sera en tout cas frais et dispo pour débuter notre soirée en direct de Floride (19 heures en France). Allez, preview.

Il n’en restera qu’un, et ce soir le favori nous vient de South Beach. Un favori à la faveur des chiffres, puisque si le Heat surfe sur une série de six victoires consécutives à l’heure de ces lignes, c’est plus globalement deux mois de folie que sont en train de terminer les hommes d’Erik Spoelstra. Six wins de suite donc, invaincus en 2018, forcément, mais aussi et surtout un sentiment de puissance et de gestion laissé par ces mecs depuis déjà quelques semaines. Capables au gré des match-ups de se buter en défense et/ou d’envoyer du bois en attaque, le Heat semble avoir trouvé la dynamique parfaite pour s’éviter une saison galère comme en 2016/17. A tel point que les types se rapprochent tout bonnement aujourd’hui du podium de l’Est et qu’une victoire ce soir les rapprochera à une seule win seulement de… Cleveland. Miami devant Cleveland ? Avec LeBron dans l’Ohio ? La déflagration pourrait bien avoir lieu dans quelques jours, compte-tenu des états de forme en présence… Pas de hiérarchie claire en tout cas dans ce roster 2018, Hassan Whiteside et Goran Dragic laissant volontiers les clefs du camion à Josh Richardson, les anti-frangins Johnson ou même à Kelly Olynyk ou… Bam Adebayo. C’est en tout cas une nouvelle victoire, la septième de suite, que Mayami tentera de valider face à un concurrent direct à l’Est, un concurrent pas moins talentueux mais qui peine à trouver la constance que possède désormais la franchise de la pointe sud-est des Stazounis.

Les Bucks, puisque ce sont d’eux dont on parle, sorte d’usine à cyborgs made in Wisconsin, peinent ainsi à enchaîner plus de trois victoires de suite cette saison, à moins d’en perdre trois de suite direct derrière. Tout d’abord lancés par un Giannis Antetokounmpo absolument indécent, les hommes des Jason Kidd sont ensuite lourdement retombés sur leurs pattes avant de trouver leur second souffle, le talent présent dans le roster suffisant pour l’instant à sauver les meubles. Le souci principal de J-Kidd ? Sa difficulté à faire défendre son groupe. Un constat chelou lorsque l’on sait que quelques uns des leaders de ces jeunes Bucks sont référencés comme étant de bons défenseurs voire plus, constat qui met d’ailleurs le coach en difficulté ces derniers temps puisque l’on a même vu passer ça et là des #FireKidd de la part des plus impatients fans des Bucks. Des Bucks qui évoluent, on le rappelle, toujours sans Jabari Parker (pour encore un mois environ) et qui compteront une fois de plus sur Dhalsim Antetokounmpo et le duo Bledsoe/Middleton pour score à outrance et pour faire passer les carences défensives de leur équipe au second plan.

Heat-Bucks c’est ce soir et c’est à l’heure de l’apéro. Et entre les crêpes de Whiteside, les cacahuètes de Giannis et le beurre dans les cheveux de Kelly Olynyk, il y aura de quoi faire.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top