Warriors

Les Warriors remportent le main event de la nuit à Toronto : 81 points à la pause ça aide pas mal

C’était peut-être finalement le choc entre les deux… meilleures franchises de NBA actuellement. Car en faisant abstraction de la place de n° de Boston à l’Est, ce sont bien les Raptors qui passent pour des épouvantails depuis quelques semaines, alors que les Warriors… restent les Warriors. Résultat ? Un blockbuster, parti pour être un gros blow-out mais finalement pas loin d’avoir été l’un des matchs les plus dingues de la saison.

Première info, tout le monde était frais et dispo hier soir côté Dubs, sans vouloir faire offense à JaVale McGee. Un luxe qui devient rare pour Steve Kerr, sans cesse obligé de devoir composer avec l’absence de l’un ou plusieurs de ses cadres depuis maintenant plusieurs semaines. D’où un bilan dégueulasse de… 35-9. Très énervant. Mais il fallait bien ça pour venir à bout de Raptors quasi-injouables chez eux depuis deux mois et clairement décidés à mettre le champion à terre devant leur bouillant public. Le premier quart ? Un All-Star Game. 78 points en cumulé (43-35 pour GS), DeMar DeRozan et le tellement stylé (et bon) O.G. Anunoby mettant les Raptors sur la voie alors que côté Dubs les mecs ne rataient absolument rien. On se dit alors que l’on va assister à un firework exceptionnel, mais c’est sans compter alors sur un scénario hitchockien qui se profile…

Le deuxième acte ? Une démo des Warriors, qui appuient sur la touche Klay (20 points à la mi-temps) et qui mettent les Dinos dans les cordes histoire d’exterminer la race une seconde fois. La mixtape est totale, le trio Steph/Klay/Kevin donne mal à la tête et si les hommes de Coach Casey commencent à rater quelques tirs, ceux de Kerr ne ralentissent jamais et c’est sur un score de… 81 à 54 que tout le monde va aller pisser. La bise à ceux qui seront allé se coucher en se disant qu’un +27 à l’entame du troisième quart serait rédhibitoire pour Toronto, car la deuxième mi-temps va être tout simplement incroyable. Incroyable comme Jonas Valanciunas lorsqu’il décide enfin d’utiliser son corps de bûcheron autrement que pour couper du bois, incroyable surtout comme DeMar DeRozan, encore auteur cette nuit de 42 points et d’actions à en faire un MVP. Eurosteps désarticulés, tirs avec la faute, jumpers sur la tête de la liane Durant, DMDR aura tout fait cette nuit aux Warriors et c’est grâce à lui notamment que le Air Canada Centre va commencer à y croire alors qu’il avait la tête dans les paumes à peine dix minutes plus tôt.

27 points de retard donc au retour des vestiaires, encore 18 en début de quatrième quart, mais un coup de speed énorme en se disant que l’adversaire, aussi monstrueux soit-il, est peut-être bien prenable ce soir. Chaque rapproché est alors climatisé par l’un des insolents californiens, mais c’est bien sur les basques de ces derniers que DeMar et ses potes vont revenir à l’abord du money time. A 123-122 pour les Dubs, Stephen Curry se retrouve sur la ligne pour donner un peu d’air à tout le monde… mais les deux tirs ressortent autant que son protège-dent et les Raptors ont une balle de match. Ballon de la gagne pour DMDR évidemment, mais le tir du boutonneux bute sur le destin et c’est finalement Kevin Durant qui clouera une fois de plus le bec de tout le Canada avec un quasi-dagger sur ce bon vieux Pascal Siakam.

Score final 127-125 après une dernière prière inutile, mais deux messages clairs ont été passés cette nuit. D’un côté des Raptors pas loin de leur prime et qui ne s’avoueront ja-mais vaincu, s’appuyant désormais sur un groupe qui tourne au max malgré la méforme chronique de Kyle Lowry, et de l’autre des Warriors qui semblent bien souvent imbattables quand les quatre All-Stars sont sur le terrain le même jour. Merci en tout cas messieurs, ce fut un sacré spectacle.

Stats Warriors Stats Raptors

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top