Pelicans

Les Pelicans mazoutent les Blazers : 119-113, la meilleure raquette de NBA a encore frappé

Pelicans

Monstre à deux têtes

Source : NBA League Pass

Ils sont huitièmes de l’Ouest et ils ont bien l’intention de s’accrocher à ce top 8 pour aller tâter du Playoffs à partir d’avril prochain. Les Pelicans accueillaient les Blazers la nuit dernière dans une rencontre qui sentait bon la post-season. Une rencontre qu’ils ont remporté dans le sillage de leur duo infernal composé de DeMarcus Cousins et d’Anthony Davis, la meilleure raquette de NBA actuellement et peut-être encore pour un moment si jamais ce bon DMC reste dans le Bayou cet été. 

Jrue Holiday a également été excellent. Il a non seulement très bien défendu sur Damian Lillard mais il a été très propre en proposant 25 points à 8/11 au tir. Il a parfaitement complété le boulot de mammouth effectué par les deux imposants bébés qui forment le secteur intérieur de son équipe. Imposants, c’est rien de le dire. Match après match, Anthony Davis et Demarcus montrent qu’ils peuvent faire plus que jouer ensemble, qu’ils peuvent dominer ensemble même entourés de role players assez moyens. Oui, car hormis Holiday (et Rondo quand il se motive) on ne peut pas dire que le roster des Pelicans regorge de tueurs des parquets. Mais les deux monstres n’en ont que faire et quand ils débarquent sur un terrain, ils vont au mastic, ils marchent sur les ailiers-forts et les pivots adverses. Inlassablement, inexorablement.

Davis le mono-sourcillé a envoyé 36 points (16/23 au tir) avec 9 rebonds, 2 passes décisives et 2 contres. Inarrêtable le garçon, surtout pour la raquette des Blazers qui manque de taille en dehors de Jusuf Nurkic. Et le pivot bosnien avait de quoi s’occuper ailleurs. Il a plutôt bien défendu sur DeMarcus Cousins, le contenant à 9/21 au shoot pour « seulement » 24 points. Sauf que le pivot des Pelicans ne rigole pas du tout cette saison. Si bien que même lorsqu’il n’est pas trop en forme en terme de finition, il domine outrageusement. La nuit dernière, il a cueilli la bagatelle de 19 rebonds. Lourd. Mais plus lourd encore, ce sont les 8 caviars qu’il a offerts à ses potes. Peut-être encore plus que son acolyte Davis, DeMarcus sait tout faire, absolument tout.

Les Blazers ont joué leur jeu. Collectifs et appliqués, ils se sont appuyés tant bien que mal sur leur duo Lillard – McCollum et utilisé au mieux les espaces laissés à Nurkic, Aminu et Napier. Mais ce ne fut pas assez pour tenir ces grands oiseaux de Louisiane. Serré de bout en bout, le match s’est décidé dans le dernier quart mais Cousins et surtout Holiday et Davis n’ont pas tremblé quand il a fallu garder cette petite avance qui leur a permis de conclure sur une victoire de six points. Une victoire importante pour les hommes d’Alvin Gentry, une victoire qui les positionne dans le slip de leur opposant de la nuit. Et oui, Portland est cinquième de l’Ouest, les Pelicans sont huitièmes mais leurs bilans sont très trèèès proches (22-20 pour les Blazers contre 21-20 pour les Pels) !

Avec cette raquette ultra dominante, les Pelicans peuvent massacrer le secteur intérieur de n’importe quelle équipe NBA. Pourront-ils continuer de bâtir sur ce duo infernal et atteindre les Playoffs ? Tout à fait possible et on va scruter leur deuxième partie de saison en tous cas. 

boxscore Blazers

boxscore pelicans

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top