Heat

Miami écarte les Knicks en prolongation : c’est pas fameux, mais le Heat est bien 5ème de l’Est…!

Heat
Source image : NBA League Pass

Si le Heat ne propose pas un basket exceptionnel en ce moment, il n’empêche que les soldats de Miami enchaînent les victoires précieuses : les Knicks sont passés à la trappe ce vendredi (107-103).

On fait comme on peut. Voilà en gros comment pourrait-on résumer le jeu développé par les poulains d’Erik Spoelstra ces derniers temps, eux qui sont à des années lumières de ce qui était déroulé il y a un an jour pour jour, lorsque la franchise de Floride démarrait un run épique. Cette nuit, par exemple, il y avait de quoi gifler les hôtes, eux qui tendaient la joue pour se faire taper par des Knicks pourtant loin de vendre du rêve. Laissant les visiteurs revenir dans le match dans un money-time mal géré, le Heat ne méritait pas de rouler sur New York en bombant le torse. C’est d’ailleurs Doug McDermott qui jouait le rôle du Ray Allen dans le corner, envoyant tout le monde en prolongation sur une flèche assassine à quelques secondes de la fin du match. Bien fait pour eux, pouvait-on limite entendre dans les rangs de l’American Airlines Arena, car la bande à Goran Dragic était loin de transpirer la confiance et le beau jeu sur le parquet. Wayne Ellington et Kelly Olynyk étaient certes motivés, Josh Richardson et le Dragon faisaient leur job, mais les petites erreurs à la con empêchaient clairement Miami de s’imposer en patron. De quoi prendre une victoire en grinçant des dents ? Un peu.

Sauf que dans une course au Top 8 qui réserve bien des surprises, notamment en toute fin de saison, les succès sont à prendre, quels qu’ils soient. Et à ce petit jeu-là, Erik Spoelstra arrive à assez bien diriger sa bicoque, lui qui reste sur trois victoires de suite sans vendre de rêve. Meh à Orlando, euark contre Detroit et bof face aux Knicks, on a connu mieux sous les ordres de Spo. Ce qui compte cependant, c’est de terminer les soirées avec la gagne. En remportant 8 de ses 11 derniers matchs, Miami peut démarrer 2018 avec confiance. Pas de large sourire, mais confiance. Car vu le nombre d’emmerdes accumulées depuis le début de saison, se retrouver à la 5ème place de l’Est en jouant ainsi, ça a de quoi relativiser les choses pour les trois mois à venir. Whiteside ? Sur une jambe. Waiters ? Sur un pied, quand il peut jouer. Winslow ? Mêmes galères, au genou. Quand vous empilez les blessures mais que vous gardez la même direction, vous pouvez dormir tranquille. Ce qu’on demande simplement, c’est un jeu un poil plus sérieux et régulier car certains succès auraient pu basculer dans la colonne défaites sur deux ou trois mauvais coups de pouce des dieux du basket. C’est ce type de discipline qu’il faudra surveiller ce mois-ci, avec 7 déplacement sur les 9 prochaines rencontres pour Tyler Johnson et compagnie.

Le Heat en chie, le Heat ne rassure pas, le Heat n’est pas au complet, le Heat n’inspire pas grand chose. Certes, la liste est longue et on pourrait la continuer tant Miami peut mieux faire. Mais aujourd’hui en 5ème spot de l’Est, vu le nombre de pépins avec lesquels il a fallu naviguer ? Nombreux sont les fans qui lèveront la main pour dire qu’ils sont plutôt ok avec cette place.

Couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top