Bulls

Kris Dunn tape son record en carrière à Dallas : 32 pions et 9 passes pour le dragster, général clutch !

Kris Dunn
Source image : NBA League Pass

Comme des airs de… nan rien. Pas de blasphèmes dans les rues de Chicago, on va rester sur le présent et apprécier le taf de Kris Dunn cette nuit à Dallas. Le meneur a cartonné dans la victoires des Bulls (127-124).

Rick Carlisle pouvait rouspéter autant qu’il voulait, il n’y avait pas grand chose à faire face au dragster récupéré par les taureaux cet été. Le coach des Mavs fumait sur son banc, car il voyait notamment son rookie Dennis Smith Jr prendre filoche sur filoche sans que son équipe puisse y faire grand chose. Mais en même temps, quand on voit la confiance avec laquelle Dunn a joué cette rencontre, c’est à se demander si deux défenseurs auraient pu changer grand chose. Variant remarquablement entre le scoring et la distribution, calmant le jeu lorsqu’il fallait le ralentir et poussant sur l’accélérateur lorsque Dallas traînait des pieds, Kris était en parfaite relation avec le rythme du match, ce qui permettait notamment à Chicago de rester dans la partie puis de réaliser un dernier quart décisif. Fessée pour les Mavs ? Fessée pour les Mavs, car se prendre 47 points dans les 12 dernières minutes de la rencontre est à un très haut-niveau d’incompétence, surtout lorsqu’on vient d’enchaîner plusieurs belles rencontres à domicile comme à l’extérieur. Les Bulls avaient besoin de se rattraper de leur côté, et c’est Dunn qui en duo avec Justin Holiday réalisait les bons choix en déplacement. Pourtant pas facile, pour un meneur sophomore comme Kris, de ne pas trembler du poignet dans une telle situation. Et pourtant…

Et pourtant, c’est bien lui qui mena le comeback avec ses coéquipiers, refusant de lâcher le short des Texans devant leur public. Déjà auteur de quelques gros money-time sous le maillot des Bulls cette saison, le KD de l’Illinois semble passer au level supérieur quand ça chauffe. Alors certes, contre Portland le finish n’avait pas été somptueux, et les fans de Chicago gueulaient face à certaines décisions arbitrales regrettables, mais ce n’est pas cette simple occurrence qui doit effacer les parties précédentes, et c’est peu dire si Dunn a fait le job dans le dernier quart pour les Bulls. Habituellement porté davantage vers la création pour autrui, Kris a cette fois senti que les opportunités de scorer étaient bien présentes et c’est tout un public de Dallas qui soupirait devant les tirs rentrés par le gamin formé à Providence. Un gros trois-points pour calmer tout le monde, un bon mid-range pour verrouiller le tout, ajoutez des passes incisives dans les corners et vous obtenez le genre de meneur qui peut vous permettre de vous déplacer avec confiance dans un paquet d’arènes en NBA. Au final ? La victoire des Bulls, bien que ric-rac, était belle car arrachée par des copains survoltés. Et au centre des commandes se trouvait Kris Dunn, propriétaire de 32 points à 12/17 au tir (!) dont 4/5 de loin. Record en carrière, succès en déplacement, que demande le peuple ?

C’est fort dommage que les sophomores soient laissés de côté dans la course au titre de Meilleure Progression, mais heureusement qu’on les prend en compte chez TrashTalk. L’étiquette de joueur clutch est collée, à KD de l’assumer désormais.

Couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top