Rockets

Les Rockets conservent Gerald Green : une munition de plus pour le gourou du shoot

Gerald Green

Gerald n’aura pas eu besoin de longtemps pour convaincre son coach.

Source image : NBA League Pass

Dans la rubrique “shooteur qui s’épanouit sous D’Antoni”, on va bientôt pouvoir ajouter Gerald Green. Le dunkeur fou, également plutôt efficace en sniper longue distance, devrait voir son contrat être garanti pour la saison, selon un mec plutôt bien informé. De quoi combler l’absence d’Harden à court terme et donner une option différente à l’aile, où Houston est majoritairement équipé en profils défensifs.

Pas de surprise ici, tant Gerald Green s’est bien intégré à l’effectif des Rockets. 13,8 points de moyenne à 59% du parking en quatre matchs, il n’en fallait pas plus pour que l’autre taré du shoot ne soit conquis. Mieux encore, sur les deux matchs d’absence de James Harden, Green a planté 56 points au total avec un petit 15/25 derrière l’arc. Un parfait remplaçant temporaire, avant certainement d’être décalé en sortie du banc à l’aile, où il pourra apporter un peu de scoring dans un small-ball avec Luc Mbah a Moute et P.J. Tucker à l’intérieur. De son côté, Gerald, originaire de Houston, est ravi d’évoluer aux Rockets, comme en atteste la perle ci-dessous ainsi que ses quelques mots à l’issue de sa perf contre le Magic.

“C’est ce dont j’ai toujours rêvé. Porter ce maillot est un pur honneur. Étant originaire de Houston, j’y mets mon cœur et je donne tout ce que j’ai. En grandissant, j’ai toujours regardé les Rockets et voulu en faire partie.”

Des options, des options et toujours des options, Mike D’Antoni n’en finit plus d’ajouter des shooteurs à son effectif déjà premier au nombre de 3-points tentés et rentrés – mais seulement 14ème au pourcentage, avec 36,6% de réussite. On salive déjà à l’idée de voir les contre-attaques menées par Chris Paul qui trouve un Gerald Green, qui, on l’espère, nous gratifiera aussi bien de perfs du parking que de quelques tomars bien agressifs envers l’arceau.

Pour faire de la place à Green, les Rockets devraient couper Bobby Brown, très peu utilisé par Mike D’Antoni. Houston se renforce toujours plus, avec une signature que personne n’avait vu venir. On se demande d’ailleurs pourquoi Gerald Green, qui avait été correct l’an dernier avec Boston, a dû attendre le coup de fil de Daryl Morey pour trouver un point de chute. Sacré Daryl.

Source texte : ESPN


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top