Thunder

Le Thunder s’impose face aux Clippers : ce fût un genre de All-Star Game, mais avec quelques mecs de G-League

Deuxième match de la nuit, toujours du solide, toujours à l’Ouest et toujours aussi peu de défense. Le Thunder face aux Clippers, soit une belle confrontation entre franchises habituées à lutter pour perdre plus tard que l’autre en Playoffs. Comme prévu ce fût très offensif… et comme prévu le Thunder s’est imposé.

Le Staples Center aurait voulu voir sa franchise continuer sur la voie de la rédemption, offrant une nouvelle victoire à un Blake Griffin dominateur depuis son retour. Et tout commençait plutôt très bien pour les hommes de Doc Rivers, les vannes étant ouvertes aux quatre coins du parquet, offrant même le privilège à DeAndre Jordan de se prendre pour Wilt Chamberlain au dessus de la défende d’OKC. Le souci ? Les vannes de la première mi-temps laissèrent ensuite place à un autre genre de vannes, celles sur la second unit des Clippers. Jawun Evans, blaze d’Ewok et skills de papou. C.J. Williams, blaze tellement random et yeux tellement défoncés que Steven Adams a bien failli lui décoller une pêche melba dans la trogne. Sam Dekker, à qui le plus beau Shaqtin’ all time colle encore beaucoup trop à sa rhinoplastie et Sindarius Thornwell, dont on n’a même plus la force de commenter la rentrée. Merci Montrzell Harrell d’avoir relevé un peu le niveau, bien que le mec aie vociféré sur chacun de ses tirs comme s’il s’agissait d’un Game 7 des Hunger Games, merci aussi à Lou Williams, autant de sourires que de grosses saucisses balancées du parking, avec heureusement quelques réussites à ajouter à l’agression perpétrée sur l’honneur de Terrance Ferguson. Des Clippers qui se seront donc une fois de plus reposés sur leur sixième homme de luxe, alors que Blake Griffin sortait une nouvelle fois un gros match et que DeAndre Jordan lâchait pour sa part sa plus grosse mixtape de la saison (26 points et 17 rebonds, à 10/15 au tir et… 6/7 au lancer, lol).

Côté Thunder ? Le match parfait pour une équipe qui n’aime rien de moins que de shooter et de shooter très vite, puisque Carmelo Anthony a pu compenser ses siestes défensives par une adresse magnifique lui permettant de dépasser Patoche Ewing afin de devenir le 21ème scoreur le plus prolifique de l’histoire, puisque Russell Westbrook a bien failli se péta avec Dede mais qu’il a finalement posté un triple-double de plus (son onzième de la saison) et tout en gestion s’il vous plaît. Le match parfait également pour permettre à Terrance Ferguson de s’acquitter une nouvelle fois parfaitement de son nouveau rôle en attaque, à savoir planquer ses 45 kilos dans le corner et dégainer le plus vite possible, et pour permettre également à Paul George de lâcher un nouveau match référence avec 31 points à 12/16 au tir. Même cet énorme Raymond Felton aura vagabondé à sa guise dans la défense des Beach Boys, alors on vous prie de nous croire quand on parle de match parfait.

Score final 127-117, reflet logique de la différence de niveau entre deux équipes qui ne se battront pas pour les mêmes awards en fin de saison. Un match qui aurait pu être différent si Milos Teodosic n’était pas sorti blessé au bout de neuf minutes, car avouez quand même qu’un cerveau de plus dans le roster des Clippers ne peut pas faire de mal. Prochain rendez-vous pour Blake and co demain soir contre… les Warriors, alors que Russ West et ses pineco iront se fendre la poire à Phoenix dimanche soir.

stats clippers stats thunder

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top