Spurs

Kawhi Leonard tape son premier Kawow Game de la saison : 25-8-4-4 pour la bête des Spurs

Kawhi Leonard
Source image : NBA League Pass

De retour sur les parquets depuis quasiment un mois, Kawhi Leonard préchauffait jusqu’ici mais n’avait pas encore sorti de performance calmant ses observateurs. C’est désormais réglé, les Knicks peuvent le confirmer.

Comme quoi, il n’y a pas que dans l’Ohio qu’un comeback donnait des papillons au ventre ce mardi. Si Isaiah était bien évidemment le centre de l’attention après tant de temps passé en dehors des terrains, un autre joueur faisait lui aussi son retour sur les parquets. Kawhi ? Non, Kawow. Cette version spectaculaire de Leonard est l’animal qui a plané au-dessus de la Ligue ces deux dernières saisons, abusant ses adversaires des deux côtés du terrain et dominant dans les petits détails sans montrer la moindre expression faciale. Certes, l’ailier avait cinq ou six matchs dans le sac, lui permettant de s’exprimer à plusieurs reprises balle en main. Sauf que sur toutes ces rencontres, c’est avec un pied sur le frein que les performances étaient assurées. Limitations de minutes, pas de back-to-back, donc pas de rythme, difficile de proposer quoi que ce soit de dominant quand on n’a pas de repères. Malheureusement pour les potes de Kristaps Porzingis, c’est le Madison Square Garden qui fût utilisé pour annoncer le retour de la bête, et la partition fût à la hauteur du talent de Leonard. Aidé par un LaMarcus Aldridge intouchable et borderline coupable de plusieurs crimes sur les intérieurs des Knicks, Kawhi patrouilla comme il aime si bien le faire et Gregg Popovich accepta de lâcher la laisse pour une fois. Une petite, juste pour faire plaisir et lancer la nouvelle année sur d’excellentes bases.

Sur la saison ? Record de minutes, check (31). Record de rebonds, check (8). Record de passes, check (4). Record d’interceptions, check (4). Et donc record de points, check évident (25). En plus des simples bases numériques impressionnantes, Leonard était dans son élément en déployant l’arsenal complet sur la franchise new-yorkaise. Jeu au poste, tir à distance, lancers provoqués, lignes de passes coupées, c’était le retour de cet espèce de monstre des parquets, trop silencieux pour l’avoir constamment en tête mais trop dangereux pour l’oublier une seule seconde. Sachant que les Spurs venaient de chier dans la colle à Detroit, il fallait se ramener concentré dans Gotham et ne laisser aucune chance aux Knicks. Si en face les efforts de Beasley et compagnie étaient encourageants, il était trop compliqué de faire face à la pire version de San Antonio, c’est-à-dire celle qui se fait botter le cul par Pop en sortie de défaite. Loin d’être fabuleux pour autant, les visiteurs ont pu quitter New York avec le sentiment du devoir accompli, mais surtout celui de retrouvailles avec un être aimé. Kawhi en mode All-Star, cela faisait longtemps qu’on n’avait pas pu l’apprécier. Et goûter à nouveau à cette sauce était particulièrement excitant, compte-tenu des perspectives des Spurs sur les trois mois à venir. Niveau timing, difficile de faire mieux.

Ayé, la barre des 30 minutes de jeu sur un match a été enfin dépassée, ce qui représente un gros step dans le retour de Kawhi Leonard avec les Spurs. Traînant gentiment des pieds pour ne pas forcer depuis trois semaines, l’ailier a tenu à rappeler qui est-il quand il se fâche un minimum. C’est bon, on a compris. Merci.

Couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top