Mavericks

Les Mavs l’emportent au finish face au Thunder : 116-113, quatrième de suite, et c’est le rookie qui régale

On parlait il y a quelques minutes du réveil des Bulls, mais dans le genre grosse surprise des fêtes de fin d’année les Mavs se placent en outsider. Victoire contre Toronto, à Indianapolis, à New Orleans, et désormais à la Chesapeake Arena d’Oklahoma City, pour une win de prestige qui aura une fois de plus annoncé l’avènement tout proche… du futur Russell Westbrook.

On n’aurait pourtant pas donné cher de la peau de ces Texans, face une franchise qui commence à faire peur et qui pouvait finalement compter sur tout son effectif ce soir, mis à part un Andre Roberson toujours en stage de shoot dans un entrepôt serbe (source proche du proche de la source d’un proche). Et pourtant. Et pourtant, ce sont bien les Mavs qui rentreront le mieux dans la partie, grâce notamment à un Harrison Barnes qui arriverait presque ces derniers temps à avoir un peu de charisme sur le terrain. Du charisme, une présence, mais surtout une belle adresse, qualité assez utile dans le basket-ball. En face ? Paul George est bien présent, Russell Westbrook tente d’aller chercher les dix rebonds en trois minutes et l’on se dit que l’on va tranquillement se diriger vers un petit barfight des familles dans le money time entre le MVP sortant et l’un de ses meilleurs gardes du corps : Jose Juan Barea, toujours d’attaque quand il faut aller emmerder du Russell.

Mais pas de chance pour Djé-Djé, c’est un Russell Westbrook en mode MVP que le public d’OKC aura vu ce soir, sauf peut-être lorsqu’il se prend pour le héros en toute fin de match. Une fin de match que Dennis Smith Jr. avait de toute manière décidé de gérer seul comme un grand, probablement mis en confiance par ses perfs depuis son retour de blessure, notamment son premier triple-double la veille à New Orleans. Résultat de cette positive attitude ? Ni plus ni moins que les onze derniers points de son équipe, comme un grand qu’il est en train de devenir, et le plus important la victoire 116-113 dans un match que beaucoup annonçaient cauchemardesque pour les hommes de Jim Carrey Rick Carlisle. Mais si le Big Three d’OKC aura fait le taf (38/15/11 pour RW, 25 points pour PG et 21 pour Melo), c’est bien le trio DSJ/Barnes/Barea qui aura finalement fait la diff’, alors que le vieux Dirk continuait d’enfiler quelques perles de plus à son collier et que Wes Matthews mettait son rookie sur les bons rails à l’amorce du money time.

Une quatrième victoire de suite pour les nouvelles têtes à abattre à l’Ouest, alors que le Thunder enchaîne avec un deuxième revers histoire de terminer un mois pourtant commencé sur les chapeaux de roues. Une nouvelle mini mauvaise passe qu’il faudra nous faire oublier mercredi soir face aux Lakers, alors que les Mavs tenteront l’immense exploit d’enchaîner une cinquième de suite face aux… Warriors. Allez, hakuna matata.

stats Thunder stats mavericks


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top