Timberwolves

Jimmy Butler a été monstrueux pour les Wolves : 39 points dont 12 en prolongation, clutch Buckets !

S’il y a bien un type de scénario dans lequel Jimmy Butler excelle, c’est celui où tout est dressé contre lui, et plus personne ne croit en la victoire. Cette nuit, Buckets a littéralement porté les Wolves jusqu’à la ligne d’arrivée.

C’est ce genre de performance qui nous rappelle à quel point le garçon est talentueux. Non pas qu’on en doute, très loin de là, mais avec les résultats irréguliers de Minnesota et le manque d’exposition médiatique dans ce coin des States, on avait nettement moins droit à des coups de projecteurs sur l’ailier, en comparaison avec ses années du côté de Chicago. De plus en plus à l’aise au sein de sa nouvelle équipe, toujours autant capable de take over quand ça chauffe, Butler était pourtant pas attendu à un tel level de détermination ce mercredi. Et pour cause, les hôtes menaient d’une dizaine de points pendant la majeure partie de la rencontre, avant de craquer au finish. Des Nuggets qui se battent, des coups de sifflets qui perturbent les jeunes, alors qu’une victoire logique contre une équipe de Denver en back-to-back semblait se profiler, c’est un bon gros séisme qui se produisait en plein Target Center. Jugez plutôt la sale gueule du scénario. Six fautes pour Karl-Anthony Towns, six fautes pour Taj Gibson, blessure au genou pour Jeff Teague, momentum pour les visiteurs, prolongation. En gros ? T’es dos au mur, on te tatoue John McClane sur la nuque, t’as le réservoir quasiment à zéro et on compte sur toi pour réaliser l’impensable. Manque de chance pour Nikola Jokic et ses potes, c’est justement dans ce genre de contexte que Jimmy est le meilleur. Une sorte de guerrier SM, qui adore souffrir en public et préfère ramper jusqu’à la gagne plutôt que d’y arriver en trottinant.

Et ce qui se passa sur ces 5 minutes de basket supplémentaire fût typique de l’excellence montrée par le produit formé à Marquette depuis des années. Vous pensez vraiment qu’on va s’incliner ainsi ? Buckle up, c’est l’heure de prendre chaque possession avec des pincettes, et de punir les adversaires pour leur culot. Trois lancers provoqués, un gros trois points rentré, deux nouveaux lancers en se jetant dans la mêlée, et un jumper clutch sur Jamal Murray. Se retournant vers le Canadien, Butler ne pouvait plus contenir sa testostérone, crachant un “he can’t fuck with me” des plus autoritaires. Il faut dire qu’aucun membre des Nuggets ou habitant du Colorado ne pouvait ralentir la bête en overtime, le jeu étant limite au ralenti pour le All-Star. Le seul panier des Wolves qui ne fût pas marqué par Jimmy en prolongation ? Un tir à mi-distance de Jamal Crawford… sur un parfait décalage de son leader. Terminant sa soirée sous une ovation de son public et des “MVP” scandés du premier au dernier rang, Butler pouvait enfin souffler un coup, le sentiment du devoir accompli. C’est bien lui qui, dans la pire des merdes envisageable, avait hissé sa franchise jusqu’à la gagne. Et sachant que ce fût déjà le cas plus d’une fois cette saison, notamment en décembre où l’ailier a clairement activé la vitesse supérieure, revivre ce type de mission-commando en direct était un délice de fin d’année. Le genre d’effort qui t’impose, quasi-machinalement, d’envoyer un bon gros vote en sa faveur dans le cadre du All-Star Game 2018. Car si ce type de gars n’est pas un des meilleurs du circuit ? On s’est tous gourés de sport.

Sur ses 39 points au final, Jimmy Butler en a planté 12 en prolongation. Douze des quatorze points des Wolves, les deux autres intervenant… sur une passe décisives. Il y a ceux qui prennent les commandes d’un match en overtime, et il y a Buckets. Héroïque, tout simplement.

Couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top