Timberwolves

Shabazz Muhammad aurait dû faire un bac S : 20 millions espérés, 10 refusés, 1,5 signé

Shabazz Muhammad

Genius.

Source image : Youtube

Lorsque Shabazz Muhammad a prolongé aux Wolves pour le salaire minimum l’été dernier, cela sentait la bonne affaire pour les Loups puisque l’ailier semblait enfin avoir trouvé son rôle en sortie de banc. Pour le joueur, c’était moins évident mais il semblait accepter ce deal en attendant des jours meilleurs et plus lucratifs. Qu’il devrait déjà connaitre s’il avait été un peu plus malin.

En effet, avant de se retrouver quasiment le bec dans l’eau lors du marché estival 2017, Shabazz Muhammad avait déjà eu l’occasion de poser sa signature en bas d’un contrat plutôt sympa étant donné son apport. Un an avant d’arriver au bout de son premier deal, le numéro 15 s’était vu proposer une prolongation à hauteur de quarante millions de dollars sur quatre ans selon Zach Harper de FanRag Sports. Très bien conseillé et renseigné, l’ancien de UCLA avait alors préféré parapher sa qualifying offer pour attendre tranquillement un an de plus en misant sur une progression de sa part et l’explosion du salary cap afin de se mettre vingt millions par an dans les poches. Bien vu l’aveugle, la barre des vingt est désormais loin, aussi bien sur son compte en banque qu’au niveau de son temps de jeu puisque outre le mauvais calcul financier sur le court terme, Shabazz se retrouve dans l’impasse à Minneapolis où Tom Thibodeau ne lui fait pas particulièrement confiance cette année, ce qui va donc pénaliser le banquier de Muhammad sur le moyen terme aussi s’il ne peut pas valoriser ses qualités.

De grosses qualités très prisées d’ailleurs puisque l’extérieur au shoot longue distance correct mais sans plus et à la défense suspecte rentre parfaitement dans les standards recherchés actuellement des 3 and D… Du coup ce n’est peut-être pas si mal qu’il ait passé dix des onze dernières rencontres le boule vissé sur le banc des Wolves, évitant ainsi d’étaler au grand jour certaines lacunes. Pour autant, Bazz se veut positif comme il le déclarait au Pioneer Press :

« Je le gère de la bonne façon. Je bosse dur tous les jours. J’essaie juste de trouver un moyen. Je n’ai pas l’habitude de ne pas jouer. Je suis prêt à jouer. Nous verrons bien ce qui se passera et j’espère que quelque chose changera. »

Une attitude qui n’a rien de stupide puisque Tom Thibodeau va finir par ruiner Jimmy Butler et Andrew Wiggins sur les ailes en leur proposant un marathon par soirée. Et lorsque les deux joueurs péteront, il pourra alors tirer sur la corde avec son remplaçant qui s’offrira des cartons en attendant le retour des titulaires. Pas si bête que ça le Shabazz, il a juste un coup d’avance sur nous.

Tant que cette prophétie ne s’est pas déroulée, il touche cette saison presque dix-neuf millions de moins qu’espérés et neuf millions de moins que proposés. Bref, on a du mal à l’imaginer comme grand visionnaire. Mais sait-on jamais, si l’opportunité se présente et qu’il la saisit, certains lui proposeront peut-être un paquet de billets l’été prochain. Sinon il se contentera de sa player option à hauteur de 1,7 million de dollars pour 2018-19.

Sources : Pioneer Press et FanRag Sports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top