Warriors

Les Warriors remportent le main event de Noël : 99-92, fin de match tronquée, on se retrouve en juin ?

C’était le plat de résistance, et la dinde aura finalement eu un arrière-goût de pourri. Entre deux tournées de bidoche et deux verres de pinard, Cavs et Warriors nous offraient une opposition musclée, pas fofolle, juste ce qu’il faut pour suivre un match à table. Puis vint ce money time, quelques coups de sifflets qui nous coupèrent un peu la chique. C’est dommage mais allez, on va pas en faire un fromage.

LeBron James face à Kevin Durant, voilà le genre de match-up de rêve que la NBA nous offrait pour le deuxième acte de ce Christmas Day. Une confrontation entre les deux, allez, deux des trois meilleurs joueurs de la planète qui ne pouvait être qu’un doux délice mais tout ne se sera malheureusement pas passé comme prévu. LeBron James tout d’abord, dans un jour que l’on qualifiera de « sans », apparemment pas dans son assiette au contraire du gueuleton dans notre salle à manger. Le leader offensif des Cavs ce soir ? Kevin Love, auteur de 31 points et 18 rebonds et parfait dans son rôle d’écarteur de raquette. 6/11 de loin mais 9/25 au total, quand LeBron alternait entre mauvaises décisions et hésitations douteuses. Gérard avait bien tenté d’enjailler notre Noël avec quelques no-look pass au premier quart-temps mais les Warriors restaient au contact grâce à deux premières flèches de Klay Thompson, donnant l’impression de gérer leur match au fil des minutes. Avec Patrick McCaw et Jordan Bell dans le cinq, Steve Kerr montrait aussi qu’il était le seul coach présent dans la salle, en étant capable d’adapter son coaching à l’adversaire du soir. En face ? Comme d’habitude, beaucoup beaucoup de LeBron, trop même, malgré la méforme mentionnée ci-dessus.

Le scénario du match ? Un écart qui ne gonfle pas trop, puis un coup d’accélérateur des Dubs en début de quatrième quart sous l’impulsion d’un Draymond Green de retour en mode 3D (12/12/11), impérial à la distribution et jappant comme à son habitude durant 40 minutes dans le cerveau de LeBron. Kevin Durant ? Une soirée qui aurait pu être cauchemardesque après une première faute technique dès l’entame, mais une concentration retrouvée par la suite afin d’aller gratter du lancer et de rentrer les quelques flèches qu’il fallait. Jusqu’à cette fin de match… chelou. Kevin Love puis Jae Crowder qui trouent les ficelles, des Cavs qui reviennent sur les talons de GS et un money time qui s’annonce plutôt cool… mais qui ne le sera pas, la faute aux hommes au sifflet. Loin de nous l’envie de lâcher un procès d’intention un soir de Noël hein, mais LeBron James qui drive deux fois, Kevin Durant qui fait quatre fautes sur ces deux mêmes actions… mais les sifflets qui se grippent, rendant par deux fois la balle à des Warriors qui n’avaient pas besoin de ça. Kevin Durant est mort de rire, LeBron fait définitivement la gueule, Kevin Love n’a pas vu le parquet pendant les deux dernières minutes et Gérard est foncedé, un soir de plus dans la vie de ces pauvres Cavaliers.

Score final 99-92 après un scénario que l’on aurait voulu différent. Pas sûr que le score ne l’aurait été, mais quelques coups de sifflets auraient au moins eu le mérite de nous éviter les vociférations de quelques uns d’entre-vous jusqu’au réveillon du 31. Allez, tentons d’oublier, on a encore trois matchs à se goinfrer cette nuit.

stats cavs stats warriors

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top