Sixers

Les Sixers remettent la machine en marche : victoire 105-98 au Madison, Wilt Kanter n’a pas suffi

Pour cette première affiche du marathon de Noël en NBA, on est monté doucement en température. On a bien senti que le match avait lieu à midi heure locale. Ce choc entre deux équipes concurrentes pour une place en Playoffs a accouché d’un match moyen. Il a toutefois été très serré jusqu’à la fin en grande partie à cause de la maladresse des deux équipes. Ce sont finalement les Sixers qui l’ont emporté 105-98, mettant au passage fin à une série de cinq défaites d’affilées et se rapprochant de leur adversaire du soir au classement.

Les Sixers sont passés devant en fin de première mi temps 50-48 et ils n’ont ensuite plus jamais lâché les commandes. Le coup de grâce est venu à deux minutes de la fin, alors que Joel Embiid venait de se faire contrer, Jojo arrachant la remise en jeu avec seulement 3,4 secondes à jouer. En réussissant son shoot à 3-points, le Camerounais assassinait définitivement les Knicks en donnant huit points d’avance à son équipe. La suite est une parodie de basket, un festival de lancer francs ratés et même une superbe règle des cinq secondes sur remise en jeu, qui plus est sur sortie de temps mort offerte par le GOAT Beasley… Les Knicks laissent donc filer un match à leur portée dans leur salle alors qu’ils en avaient fait récemment une citadelle relativement imprenable. C’est en revanche une victoire qui fait vraiment du bien aux Sixers car sur leurs dix derniers matchs leur bilan était de 2-8. Si Simmons a été transparent, Embiid a rassuré sur son état de santé en signant une belle perf, bien que souffrant au dos, il a expliqué au micro qu’il s’était fait violence. Bien lui en a pris puisqu’il a réalisé un match sérieux, 25 points, 16 rebonds et +25 de différentiel lorsqu’il était sur le terrain. Alors qu’il y avait pourtant dans la raquette de New York un joueur en feu.

S’il faut retenir une chose de ce match, c’est bien la performance XXL d’Enes Kanter. L’intérieur qui était déjà en double-double à la mi temps ne s’est pas arrêté là et a maintenu à flot son équipe toute la partie. Avec 31 points, il améliore sa meilleure marque au scoring cette année et avec 22 rebonds… il bat tout simplement son record en carrière. Cette performance est tout simplement monstrueuse et il rejoint ainsi le cercle très fermé des joueurs ayant réussi a compiler 30 points et 20 rebonds le jour de Noël. Un cercle sympathique qui comprend Wilt Chamberlain (trois fois), Bill Russell et Bob Lanier. Encore plus impressionnant ? Sur ses 22 rebonds, 11 étaient des rebonds offensifs. Ceux-ci ont permis à New York de rester dans le coup alors que l’adresse de l’équipe était faible (40%). Philly n’était pas beaucoup plus adroit mais a beaucoup plus tenté et donc réussi de tirs à 3-points. Pour cela ils peuvent remercier J.J. Redick. L’arrière qui avait manqué le dernier match était bien rétabli et a été précieux en catch-and-shoot. Sa belle adresse de 50% à 3-points compensant le trou d’air de Saric, 0 sur 6 à 3 points et 4-15 au global.

Malgré un Enes Kanter de gala, les New York Knicks ont donc laissé passé un match pourtant à leur portée. Victoire de prestige pour les Sixers, au Madison Square Garden et en plus le jour de Noël. Ils profitent pour se rapprocher de leur adversaire du soir et pour se relancer dans la course aux Playoffs. Joel Embiid, incertain au départ, a finalement joué 34 minutes, de quoi rassurer tout le staff de Philly en ce soir de Noël.


Sixers Knicks

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top