Bulls

Ivre, Denzel Valentine se permet : “je pense qu’on est une des meilleures équipes de l’Est”

Lakers Warriors
Source image : 9gag

C’est une quote qui est tombée entre deux-trois interviews d’après-match, mais qu’il fallait relever cette semaine. Les Bulls, une des meilleures équipes de l’Est ? Pour Denzel Valentine c’est le cas, c’est la teuf.

La gagne, ça vous rend bourré. Voilà ce qu’on peut gentiment déclarer, après avoir observé l’arrière de Chicago nous offrir cette dernière perle. Avant de commencer quelconque explication, il convient de rappeler à certains fans sensibles de l’Illinois qu’il ne s’agit pas d’un énième tacle à la gorge de leur franchise, simplement qu’on peut remettre les choses dans leur contexte avant de s’emballer à 120km/h. Après une belle série de victoires, qui aurait pu être prolongée si LeBron n’était pas passé en mode full-cyborg ce jeudi, les Bulls sont redescendus sur terre. Deux semaines au paradis, 7 victoires de suite, c’était un peu Noël avant l’heure du côté de Chicago. Et cette folle quinzaine était notamment propulsée par le retour de Nikola Mirotic, qui a pris feu aux côtés de ses coéquipiers et permis à son équipe d’écarter quelques grosses cylindrées, à domicile comme en déplacement. Il y avait donc de quoi être optimiste, ambitieux, voir la suite de la saison avec d’autres intentions que celles observées fin-octobre, lorsque les Bulls découvraient limite le basket tant le jeu produit était affreux. Du mieux, il y en a eu. Et des résultats, il y en a eu. Mais des sorties comme celle de Valentine, on se demande combien il en a bu.

“Je pense juste que, maintenant que nous avons notre équipe au complet, nous sommes une des meilleures équipes de l’Est grâce à nos matchups. On a beaucoup de gars, capables de faire beaucoup de choses. Je sais qu’on a mal démarré notre saison, mais je pense qu’on est une des meilleures équipes de l’Est.”

C’est assez large, comme fourchette. Une des “meilleures équipes de l’Est“, ça veut dire Top 4, Top 8, Top 12 ? Qu’on soit d’accord, les efforts des Bulls furent intéressants et il y a quelque chose à développer sous l’aile de Fred Hoiberg. Mais qu’on ne commence pas à regarder la saison avec des œillères, en se plaignant de ce qui va se passer par la suite. Il peut y avoir autant de séries de victoires de suite, cela ne changera pas le fait que le mois de janvier et de février vont proposer de folles rumeurs de transferts autour de Chicago. Et il peut y avoir autant de succès en déplacement comme au United Center, cela ne changera pas le fait que les Bulls sont en reconstruction, avec des yeux rivés sur la loterie de la Draft. Une belle passe de quelques jours ? Volontiers. Mais comme discuté pendant l’Apéro spécial taureaux, il va falloir faire un choix dans le management, et vite. Car la saison à la con, du genre 35 victoires pour 47 défaites, avec pas assez de revers pour avoir un bête de pick à la Draft et pas assez de succès pour envisager quoi que ce soit sur le futur proche, on la voit arriver à 150 kilomètres. On valide donc l’enthousiasme global autour des Bulls et de leur virage collectif proposé ces derniers temps, mais doucement sur la bibine et les déclarations du genre. Sur les deux dernières semaines, il est clair que Chicago fait partie de la crème de l’Est. En écoutant Valentine, c’est limite si on allait tous en finale de conférence.

Il y a de quoi avoir le sourire en ce moment, dans l’Illinois. L’équipe vit bien, les succès s’enchaînent, il y a un début d’identité, et l’alcool est autorisé dans le vestiaire des Bulls. Que demande le peuple ?

Source : NBC Sports Chicago


1 Comment

1 Comment

  1. Newt

    23 décembre 2017 à 11 h 11 min at 11 h 11 min

    Il voulait peut être parler de G-League

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top