Pacers

La pire action de l’année signée Bojan Bogdanovic : balle perdue, interception Boston, victoire au buzzer !

Bojan Bogdanovic
Source image : NBA League Pass

Généralement, on préfère utiliser le terme « de l’année » avec précaution. Mais avec ce qui s’est passé cette nuit dans l’Indiana, on peut s’avancer tranquille : Bojan Bogdanovic a bien réalisé l’action la plus stupide de l’année.

Les fans des Pacers peuvent pleurer toutes les larmes de leur corps. Car dans la famille « j’ai le match entre mes mains mais je le file à l’adversaire », on a un grand candidat en la troupe de Nate McMillan. Pourtant, c’était un fabuleux comeback qui était orchestré par Victor Oladipo et Domantas Sabonis devant leur public. Menés la majeure partie de la rencontre sous les assauts de Jayson Tatum, Al Horford et Kyrie Irving, les soldats du Bankers Life Field House étaient loin de pouvoir s’imaginer l’emporter. Sauf que Pipo prendra subitement feu avec seulement deux minutes à jouer, plaçant la franchise sur ses épaules et installant ses copains dans un fauteuil de velours. Onze points scorés par l’arrière en l’espace de 100 secondes, du grand délire devant des supporters qui bondissaient en voyant les Celtics sombrer. Et ils étaient bien au bord du précipice, les hommes de Brad Stevens. Menés de deux points, sans la balle, sans temps-mort, il fallait un miracle. Il fallait qu’Indiana se fasse clairement dessus, qu’un désastre se produise, que les consignes de McMillan ne soient pas respectées. Avec une simple remise en jeu à faire et des Pacers dans le bonus, les scénarios étaient simples. Soit Boston faisait faute et il suffisait de planter ses lancers (puisque les Celtics avaient zéro temps-mort), soit deux passes faisaient couler l’horloge et un tir en cloche forçait les visiteurs à prendre un rebond sans pouvoir arrêter le chrono, soit un drame se produisait. Du genre ? 5 secondes sur remise en jeu, deux lancers ratés, ou…

… une passe de benjamin, qu’on apprend à ne jamais faire lorsqu’on démarre le basket. Qu’est-il passé par la tête de Bojan Bogdanovic ? Le Croate voit Darren Collison démarqué, mais il envoie une ogive en l’air qui permet à Terry Rozier de l’intercepter. Le back-up de Kyrie ne se gêne pas, il s’envole vers le panier et crucifie les Pacers sur un dunk victorieux. Stupéfait, le public d’Indianapolis ne peut pas croire ce qui vient de se passer, les coéquipiers de Bojan non plus. Car sans temps-mort restant, le dernier ayant été pris pour assurer la possession précédente qui devait dépasser le niveau départementale, Collison doit tenter un ave maria qui finit évidemment hors de la ficelle. Le buzzer sonne, les Celtics triomphent, et en l’espace de trois secondes, ce qui devait être une immense victoire face au leader de la Conférence Est se transforme en terrible désillusion. Pauvres Pacers, eux qui avaient tout fait pour justement mettre le genou de Brad Stevens à terre. Tout allait dans leur sens dans ce money-time survolté. Kyrie Irving plantait ses flèches pour garder les siens une narine au-dessus de la surface, mais qui aurait cru qu’une rencontre de cette qualité se terminerait sur une action…. aussi cheum ? Autant prévenir la famille de Bogdanovic, demain il faudra raser les murs pour aller acheter du pain. Car dans la course au plus gros choke de toute la saison, les premières lettres sont gravées sur le trophées et il s’agit de B, O, J, A et N.

Et alors qu’ils avaient la corde autour du cou, prêts à s’incliner pour se retrouver à égalité avec Toronto et Cleveland dans la colonne des défaites, Boston s’échappe d’Indianapolis avec une incroyable victoire. Moralité, faites vos passes à terre, bordel ! 


Couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top