Jazz

Retour en douceur pour Rudy Gobert : le corps est prêt mais le mental est encore convalescent

Rudy Gobert - Français

Le Jazz a besoin de sa Tour Eiffel lors de ce gros mois de décembre.

Source image : YouTube

Rudy Gobert semblait bien revenu après sa blessure au genou suite au match contre Miami. Sauf que le pivot français ne se sent pas encore prêt mentalement. Ce ne sera pas Kawhi qui dira le contraire, une blessure, c’est à la fois les jambes et la tête.

Effectivement, revenir de blessure n’est pas une partie de plaisir, surtout dans la tête. Statistiquement, après avoir sorti trois performances en deçà de ses standards, le natif de Saint-Quentin a délivré une ligne de stats très propre contre Milwaukee avec 20 points et 9 rebonds. Hélas, le résultat ne fut pas à l’avantage d’Utah. Comme sur deux autres rencontres, contre le Thunder et contre les Rockets. On peut l’avouer, revenir dans une équipe qui était sur une win-streak de cinq matchs pour ensuite récolter un bilan de 1-3 n’est pas facile à gérer mentalement. Bien que ce soit des rencontres difficiles contre de très grosses franchises, ça joue toujours un peu dans la tête. Surtout quand tu ne peux pas peser sur ces matchs. En réalité, celui contre les Bucks est l’arbre qui cache la forêt. Gobzilla manque cruellement de mobilité en attaque comme en défense. La crainte d’une rechute ? Sans doute, il a pu revenir dessus auprès du Salt Lake City Tribune.

“Il reste quelques détails à améliorer. […] Ça progresse vite. Physiquement, je me sens de mieux en mieux. C’est davantage mental. Je dois retrouver mes habitudes. Mais ça revient. […] Nous devons attaquer les matchs en étant plus agressifs. […] De même pour moi. Je me sens de plus en plus à l’aise. Je dois juste continuer de travailler et de m’améliorer.”

Maintenant, Quin Snyder va devoir s’adapter. Comme a pu le dire Gobert, il est prêt physiquement, mais tant qu’il n’est pas à 100% mentalement, il ne le sera pas sur le parquet. Le tacticien de Utah a pu gérer en l’absence de Rudy, mais là, il faudra l’intégrer dans la rotation sans déstabiliser l’équipe. Pour résumer, le pivot titulaire de l’équipe également leader du groupe n’est pas encore totalement remis mais doit recevoir ses minutes pour retrouver le rythme, créant un déséquilibre dangereux pour les résultats collectifs. En réalité, ce déséquilibre se trouve davantage dans la peinture. Le coach du Jazz ne sait pas encore sur quel pied danser : en l’absence de Rudy, Derrick Favors avait donné entière satisfaction. Il pourrait évoluer davantage en pivot, le temps que la Stiffle Tower ne revienne à 100%.

Snyder aura besoin de Rudy pour ce mois de décembre. La seule solution, l’accumulation des minutes. Il va falloir ajuster la rotation pour que le Jazz donne le maximum de temps de jeu au pivot français sans pour autant gêner l’équipe.

Source : Salt Lake City Tribune


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top