Celtics

L’indisponibilité de Marcus Morris se prolonge : on continue la pratique du flux tendu à Boston

Marcus Morris Celtics

Brad Stevens va encore devoir faire des miracles.

Source image : YouTube

Marcus Morris traîne une sale blessure au genou depuis le début de la saison. Au total, il a déjà loupé 13 matchs, et cela devrait se prolonger. Brad Stevens va encore devoir nous surprendre.

Ce n’est pas demain que les Celtics dépasseront les 100 points. On exagère un peu, Boston a aussi souffert des absences ponctuelles de Kyrie Irving ou de Jaylen Brown pour ce qui est du scoring. Mais il est vrai que l’apport numérique de l’ancien joueur de Detroit n’est pas négligeable. Le jumeau de Markieff sort quand même 12,1 points et 5,5 rebonds avec de très bons pourcentages au tir vu son utilisation en 4 : 41,2% dont 32,8% à trois points. Son absence s’est faite sentir à Chicago, lundi soir. Lorsqu’Al Horford est à côté de ses pompes, il n’y a pas grand monde pour suivre. La nuit dernière, aucun joueur des Celtics n’a dépassé les 15 points et seulement cinq joueurs ont terminé en double digit. Voilà pourquoi Boston n’a marqué que 85 points avec 25% à trois points (Horford et Tatum étant par exemple à 0/4 dans le secteur). Un pourcentage comme ça peut arriver, mais cela devient un problème lorsque tu es à 10/40. A fortiori, les précédentes rencontres à l’image de celle contre Detroit n’étaient pas plus rassurantes. L’absence longue durée de double-M est donc une mauvaise nouvelle pour l’animation offensive des premiers de la Conférence Est.

“Marcus Morris m’a dit qu’il pourrait manquer quelques semaines alors qu’il tente de soigner son genou gauche. En attendant de discuter avec (Brad) Stevens pour plus d’informations. J’imagine qu’aucun plan ne sera fait jusqu’à son retour à Boston pour qu’il réalise des examens complémentaires ce mardi.”

Alors quelles adaptations pour Brad Stevens ? Tout d’abord, Semi Ojeleye, Daniel Theis voire Abdel Nader et Guerschon Yabusele pourront gratter des minutes sur le poste 4. Mais aucun d’entre eux n’a la capacité de scoring de l’ancien Sun. Le souci vient aussi de l’architecture du système Stevens. L’ancien tacticien de Butler ne parle pas d’ailiers ou d’arrières, mais de porteurs de balle. A de multiples reprises, il a pu aligner Irving, Smart et Rozier ensemble avec Tatum en 4. Le hic ? Ce sont tous les trois des meneurs de formation et en dehors de Kyrie, aucun n’est un vrai scoreur. En fait, les blessures ont joué sur la capacité d’adaptation du coach celte. Le cinq idéal Irving, Hayward, Brown, Morris, Horford combinait parfaitement création, scoring et défense. Or aujourd’hui, le roster est bien mal équilibré sans Irving, Hayward et Morris. Il pourra rapidement compter sur le retour de son meneur titulaire, mais le manque de Marcus pourra jouer encore de mauvais tours à Boston.

Heureusement pour Stevens, le mois de décembre est assez soft malgré les réceptions de Washington et de Houston. Cependant, on a bien vu que si Irving est aussi out, la troupe celte pourrait encaisser des défaites idiotes en plus comme celle face aux Bulls.

Sources texte : The Vertical et The Boston Herald

Les visiteurs ont tapé :


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top