Pacers

Record en carrière pour Victor Oladipo et comeback énorme des Pacers : les Nuggets ont frit à Indiana

A moins de trois minutes de la fin du temps réglementaire, les Pacers étaient encore menés de 8 unités, 114 à 106. Après être revenus de loin, ils avaient mal négocié le dernier quart et semblaient se diriger vers une défaite infligée par de solides Nuggets. Mais cette équipe d’Indiana ne lâche décidément rien et c’est par un run de 8-0 que les hommes de Nate McMillan vont arracher une prolongation pour ensuite s’adjuger une victoire magnifique, dans le sillage d’un Victor Oladipo monstrueux et auteur de son record de points en carrière (47). 

Car en overtime, les Pacers vont prolonger leur run et ne vont pas faire dans le détail. Dans ces cinq minutes de temps supplémentaire, ils ne vont pas permettre à leurs adversaires de marquer le moindre point avant que Kenneth Faried ne plante deux points à 13 secondes du terme. Deux points pour Denver en prolongation, douze pour Indiana. L’affaire est dans le sac (126-116) et c’est un quatrième succès d’affilée qui vient nourrir le bilan avantageux des Pacers, désormais cinquième à l’Est avec 16 victoires pour 11 défaites et de multiples raisons de sourire. Ce run de 20 – 2 entre la fin du temps réglementaire et la prolongation en est une car il montre que cette escouade d’Indiana est en pleine confiance, que rien ne peut la faire quitter un match et surtout, qu’elle a les moyens de mettre une grosse pression sur l’équipe adverse des deux côtés du terrain quand elle se concentre.

Victor Oladipo est une autre raison d’avoir le sourire du côté de la Bankers Life Fieldhouse. Oh que oui ! Les fans ne s’y trompent pas d’ailleurs et n’ont pas hésité à envoyer quelques « MVP, MVP, MVP » alors que Dipo marquait le dernier point des siens sur un lancer en toute fin d’overtime. Bien sûr, ça s’enflamme chez les supporters des Pacers mais comment ne pas les comprendre ? Oladipo – qui joue comme un All-Star depuis mi-octobre – vient d’envoyer son plus gros match de la saison, probablement de sa carrière. 47 points (à 15/28 au tir), 7 rebonds, 6 passes décisives, 2 interception et 1 contre. BOUM ! Et puis surtout, il dégage une impression de sérénité, de confiance absolue. Il fait assez peu d’erreur (4 pertes de balle tout de même), il se donne en défense et au rebond. Et en attaque, il varie très bien entre shoots derrière les écrans ou en réception de passe dans les corners sans oublier d’être agressif, d’utiliser sa vitesse et sa détente pour aller au cercle chercher des points faciles et des lancers-francs. Bref, Monsieur Victor Oladipo a encore frappé ce soir. Et fort, très fort !

Et quand on voit que le première chose qu’il a envie de mettre en avant quand il se fait interviewer après ce match de mammouth ce sont ses coéquipiers… Il faut dire que si Dipo a été énorme, il a pu compter sur de très bons apports de Myles Turner (24 points, 8 rebonds) ou de Thaddeus Young (18 points, 6 rebonds) notamment. Il fallait bien ça car rappelons que les Nuggets ont mené de 19 points dans le deuxième quart grâce à une entame de match incandescente de Wilson Chandler et au bon boulot de la paire Will Barton – Gary Harris. Ces mêmes Nuggets pensaient sûrement avoir fait le plus dur – grâce aux 25 points d’un Trey Lyles en feu derrière l’arc – quand ils ont donc mené de huit unités à moins de trois minutes du terme… Mais Toto Oladipo et ses potes ne l’entendaient pas du tout de cette oreille.

Les Pacers continuent leur route pendant que les Nuggets sont toujours bien placés à l’Ouest et doivent être impatient de récupérer déjà Nikola Jokic puis (plus tard) Paul Millsap. Victor Oladipo lui, peut savourer cette performance monstrueuse. S’il continue ainsi, il ne sera plus question  de se demander s’il va aller au All-Star Game mais plutôt qui va l’y accompagner… 

box score nuggets

box score pacers

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top