Warriors

Kevin Durant en triple-double, les Warriors sous contrôle : la première sans Curry s’est bien passée

Stephen Curry était absent, Draymond Green aussi, ce qui n’a pas posé de soucis pour les Warriors. En déplacement à Charlotte, les champions en titre n’ont eu qu’à se tourner vers leur arme fatale : Kevin Durant, en mode triple-double.

Un peu de nostalgie, ça ne fait jamais de mal. Et chez les Hornets ce mercredi, il y avait quelque chose de “old-school” dans la victoire de Golden State. Pourquoi ? Tout simplement parce que, pour la première fois depuis de nombreux mois, on retrouvait KD dans un mode beast slash franchise player slash laissez-moi gérer la boutique, qui rappelait des airs d’OKC sans Russell Westbrook. La saison MVP, si vous voulez, qui voyait Durant dominer chaque soir en étant à la fois à la création, au scoring, en défense et dans le leadership des siens. Cette fois ? Pas de fautes techniques ni d’expulsions, plutôt de gestes techniques et de domination. On a gentiment rangé ses émotions, on s’est bien défoulé à New Orleans, sans Curry ni Draymond les Dubs devaient faire le taf en Caroline du Nord et ils n’ont fait que ça. Rattrapés tout de même en début de dernier quart par une équipe combative, les visiteurs n’avaient qu’un run à caler pour terminer l’affaire. Un qui viendra avec les éléments principaux de la réussite de GS depuis des mois, la défense. Un travail collectif remarquable dans la discipline face aux attaquants adverses, Kemba Walker et ses potes ne trouvant par leur rythme contre cette marée de bras, de mains et d’expérience.

Et puis, entre nous, quand vous avez le scoreur le plus létal du jeu qui se met en tête de devoir boucler un deal, autant plier les gaules et allumer l’autoradio. Durant était libre, car responsabilisé. Et dans son sillage, les Warriors se régalaient. Andre Iguodala, Nick Young, JaVale McGee, chacun mettait sa main dans la boue pour permettre à Golden State de continuer sa folle marche, une première sans Curry au centre des opérations. Il sera justement intéressant de voir sur ce mois de décembre comment les champions en titre vont s’ajuster, notamment dans la hiérarchie quotidienne. Certes, KD semble propulsé de facto tout en haut de l’échelle et on en a vu les prémices ce mercredi, mais quid d’un soir où le shoot ne rentre pas ? Klay et Draymond prendront-ils le relais efficacement ? Là sont les interrogations à Oakland aujourd’hui, alors que le retour à la maison se préparera dans le plus grand bien. Mais si Bob Myers et Steve Kerr ont préparé un pitch aux petits oignons pour Durant en 2016, c’était pour ce genre de moment. Lui montrer que le succès lui sera promis, en acceptant de jongler entre discrétion quotidienne et capacité à prendre le volant quand l’équipe le demande. Curry avait beau être absent, on n’y voyait que du feu. Et comme le disait Stephen Silas, coach intérimaire remplaçant un Steve Clifford absent, même avec Steph et Draymond absents les Warriors sont “plutôt bons“. Tu m’étonnes…

Un petit triple-double pour l’ami KD (35-11-10, le 9ème de sa carrière), une petite victoire en déplacement, Golden State a laissé les arbitres et s’est reconcentré sur le basket : ça tombe bien, ils sont assez doués dans cette discipline. Next.

Couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top