Pelicans

DeMarcus Cousins a dévoré les Nuggets : 40 points, 22 rebonds, sauce barbecue s’il-vous-plaît !

La semaine du monstre était chargée, annoncée, il fallait assurer à domicile afin de faire oublier l’absence d’Anthony Davis. Contre Denver, DeMarcus Cousins a été monstrueux et a mené les siens vers la victoire (123-114).

On avait le scénario en main, tout ce qu’il fallait c’était voir quel type de suite allait être proposée. Golden State ? Denver ? Puis… Sacramento ? Le tout sans AD, blessé ? Il fallait qu’un soir ou un autre, quelqu’un prenne tarif. Première balle dans le chargeur, premier manqué. Face aux Warriors, Cousins pétait un plomb et n’arrivait pas à tenir son calme. En embrouille de maternelle avec Kevin Durant, l’intérieur se faisait expulser et son équipe s’inclinait alors qu’elle avait mené la partie avec les deux mains sur le volant. Il fallait donc se rattraper le surlendemain, en profitant pleinement des absents du côté de Denver. Nikola Jokic et Paul Millsap sur le côté, l’occasion idéale pour se faire un petit festin de roi. C’est donc sur Kenneth Faried, Mike Malone son ancien coach et environ tous les joueurs venant du Colorado que Boogie s’est défoulé, posant sa franchise sur ses épaules et indiquant à tout le monde de le suivre jusqu’au banquet. Lancers provoqués à foison, jeu au poste, bonne lecture, épaules de déménageurs, attitude féroce et concentration totale, bien accompagné par Jrue Holiday le pivot de New Orleans faisait son petit carnage. Mais cette fois, allait-il tenir dans le money-time et s’assurer que les siens l’emporteraient devant leur public ? La question était bien là, et Cousins y répondra avec la manière.

Un gros run en début de dernier quart, un sachet d’anxiété jeté à la poubelle avec le cadavre des intérieurs de Denver : non, cette fois il n’y allait pas y avoir de choke. Sachant qu’Anthony Davis ne pouvait que le regarder sur le côté, DeMarcus savait qu’il devait montrer un peu plus que juste du chiffre. Il y avait aussi du leadership attendu, la bonne attitude qui va avec les plus grands, ce qu’on avait vu plus tôt dans la saison lorsque le monosourcil s’était déjà blessé. Et contre qui Cousins avait explosé ? Sacramento, évidemment. Une équipe qui sera… en déplacement à New Orleans ce vendredi, ce qui peut potentiellement signifier un second crime contre l’humanité sur la feuille de match, mais qui nous poussera surtout à observer Boogie en tête de chariot. Souvent, c’est vers Davis qu’on se tourne, voire Alvin Gentry lorsqu’il ne fait pas de Sudoku pendant les temps-morts. Avec des Pels qui veulent rester dans cette folle course au Top 8 à l’Ouest, il faut remporter les matchs importants et DeMarcus n’a fait que ça en assurant la partie de ce mercredi face aux Nuggets. Pas le droit à l’erreur, les Kings devront prendre tarif et on sera au premier rang pour assister au massacre.

S’il avait rentré davantage ses lancers ? DMC aurait pu taper la barre du 50-20. Mais on s’arrêtera à un “gentil et discret” 40 points avec 22 rebonds, auxquels s’ajoutent 4 passes et 4 contres. Merci les Nuggets, vous étiez succulents cette nuit. Burp.

Couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top