Warriors

La cheville droite de Stephen Curry a bien tourné : petite panique à Golden State, le chef va s’absenter

Stephen Curry
Source image : NBA League Pass

Parmi les plus gros cauchemars des fans de Golden State, tout en haut de la liste se situe un pépin à la cheville pour Stephen Curry : le meneur s’est fait mal en toute fin de rencontre, cette nuit à New Orleans.

Le silence était palpable, sur le banc des Warriors comme dans la salle des Pelicans. Alors que le match touchait à sa fin et qu’une victoire des visiteurs était quasiment bouclée, Curry tente d’intercepter une passe en direction d’E’Twaun Moore mais son pied rencontre celui de l’arrière des Pels. La cheville de Steph tourne alors salement, l’intéressé sentant immédiatement que quelque chose ne va pas en s’écroulant au sol. Sortant du match quelques secondes plus tard, le numéro 30 a alors bien du mal à mettre le moindre poids sur sa jambe, mais il parvient tout de même à rejoindre le vestiaire par ses propres moyens. Steve Kerr et Mike Brown se regardent, balancés entre l’inconnu et l’impensable. En coulisses, Curry réalise des rayons-X qui ne révèlent rien de grave, ce qui est un premier signe positif. Auquel s’ajoute un autre point, dont il parlera aux journalistes présents sur place : le fait que les opérations réalisées sur sa cheville par le passé n’ont pas été affectées par cette nouvelle torsion ultra-douloureuse. Cependant, au moment où le double-MVP s’exprime devant les caméras, son pied est embaumé tel un pharaon, les deux bras fermement accrochés à des béquilles. Pas vraiment le meilleur des signes, quand on analyse les pépins aux chevilles qui traversent la NBA chaque année, chaque mois, chaque semaine. Ce qui n’a pas empêché Curry de s’exprimer avec confiance pour la suite, l’intéressé ayant déjà connu ces galères précédemment. Confiance, et un zeste d’anxiété, tout de même.

Cela ne m’était pas arrivé depuis longtemps, je me suis fait une entorse à la cheville. On verra comment ça réagira demain matin et on prendra une direction à partir de ce moment-là. C’est évidemment une situation chiante, mais je reviendrai.

Disons que cette blessure est plutôt du côté « inquiétante ». Je ne devrais pas dire ça, disons simplement que je ne vais pas sauter comme un fou dès demain comme si rien ne s’était passé. C’est notamment à cause du gonflement. Maintenant, en prenant tout cela en compte et le fait que j’ai déjà connu ça par le passé avec cette cheville, sachant que les réparations effectuées par opérations il y a 5-6 ans n’ont pas été touchées, je devrais revenir.

On a connu un Steph bien plus confiant, et c’est normal. Car à ses débuts, les chevilles étaient le véritable cauchemar du bonhomme, ses premières saisons étant nettement plus affectées par ses rendez-vous à l’infirmerie que par ses apparitions dans les Top 10. En adaptant son jeu et en se renforçant musculairement, le meneur avait touché le ciel en trouvant la formule parfaite. On va moins faire le kamikaze, on va davantage punir à distance. Cependant, comme ce cas précis le montre, c’est sur une simple tentative d’interception que Curry s’est blessé, ce qui aurait pu lui arriver des milliers de fois par le passé. Difficile de savoir combien de temps Steph devra passer en costard, on en saura plus ce soir après le retour des examens, mais ça sent moyen-bon. Pour une raison assez simple, Steve Kerr ne va rien rusher et on a vu avec Kevin Durant l’an dernier que n’importe quel pilier des Warriors connaissant un pépin physique pouvait récupérer avec du temps devant lui. Sachant que Curry avait déjà une galère au poignet et qu’il a maintenant cette blessure à la cheville, il y a de fortes chances pour que le staff californien mette un véritable halo de protection autour de leur phénomène. Le plus important ? C’est le mois de juin, et la longévité du bonhomme. On pourrait donc avoir droit à une absence de longue-durée, mais la première étape sera validée pour commencer en fin de soirée.

Des années qu’on n’avait pas vu Stephen Curry subir un coup d’arrêt à la cheville. C’est un vrai pépin qui débarque dans le paysage du meneur, et dans celui des Warriors. En attendant les résultats de son IRM, fans des Dubs, priez.

Source : Mercury News / The Athletic

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top