Cavaliers

Dixième victoire de suite pour les Cavs : LeBron a été insolent dans sa salle d’entraînement préférée

Ce qui est bien, avec les visites de LeBron à Atlanta, c’est qu’on sait à quoi s’attendre. Du show, de la domination, beaucoup de contrôle et souvent une victoire qui va avec : les Cavs enchaînent, longue vie au roi (121-114).

Il n’y a pas forcément besoin de sortir des chiffres venus d’un autre système solaire pour se montrer dominant. Parfois, une rencontre parfaitement menée peut aussi résulter en moins de statistiques, mais en davantage de contrôle. Et cette nuit, c’est bien avec ses deux mains fermement positionnées sur le volant de la caravane de Cleveland que LBJ a fait son passage par la Philips Arena. Ou plutôt, comme on aime le dire dans le milieu, la salle d’entraînement préférée du monstre. L’historique est tel qu’on devrait limite reléguer le Madison Square Garden au second plan, tant James aime faire mumuse chez les Hawks. Pourtant, les poussins de Mike Budenholzer se donnaient du mal pour rester dans la partie, pendant qu’en face le banc et Kevin Love assuraient le principal. Au milieu de ce joyeux bordel ? LeBron ne forçait rien, mais il dominait avec assurance. Un énorme dunk pour réveiller tout le monde en première mi-temps, puis un contre stratosphérique sur Taurean Prince, quelques passes décisives en plus et vous aviez la première mi-temps quasi-parfaite. Oui, quasi, dans le sens où la distance était encore trop faible pour écarter les Hawks de la partie. Mais quelque part, on en venait presque à se demander si LBJ ne nous faisait pas le coup du chat et de la souris, laissant la proie y croire avant de la terminer devant tout le monde, griffes dehors.

Et c’est bien ce que le King confirma en toute fin de match, que ce soit avec un énorme trois-points servant de climatiseur, puis une pénétration musclée provoquant deux lancers, et cet incroyable contre sur Dennis Schröder. Oracle Arena ? Non, Philips Arena. Tant mieux, tant pis. Le meneur allemand s’élève et LeBron se jette sur la balle tel un vulgaire lay-up d’Andre Iguodala. Changement de balle, taille 5, public estomaqué. Et pendant que les coéquipiers du King sortent les trompettes, James se permet de réaliser le finger wag de Dikembe Mutombo, à Atlanta. Blasphème. Mais en même temps, que dire ou que faire ? Sans avoir à forcer son jeu, sans avoir à paniquer une seule seconde, l’ailier contrôle sa partie et quitte la salle avec le sentiment du devoir accompli. Une dixième victoire de rang pour les siens, un poing toujours aussi serré que son meme envoyé il y a vingt jours, et la sensation de voir un vétéran au sommet de son contrôle aujourd’hui. Juste une journée de plus au boulot, avant de passer à des plats un peu plus consistants dans les semaines à venir. On attend justement que les affaires se corsent pour les Cavs, car la balade semble printanière en ce moment. Du banc au leader en passant par les pourcentages au tir, il y a de quoi sourire ce vendredi chez les habitants de l’Ohio.

Et parce qu’une bonne soirée à Atlanta ne se passe pas sans record à distance pour Cleveland ? Les hommes de Tyronn Lue plantent 18 tirs derrière l’arc, meilleur total cette saison pour eux. Allez, merci les Hawks, et à la prochaine pour de nouvelles aventures avec le King.

Couverture

Les visiteurs ont tapé :


3 Commentaires

3 Comments

  1. Al

    1 décembre 2017 à 11 h 13 min at 11 h 13 min

    Ou est le respect LOL

  2. Maclouz

    1 décembre 2017 à 14 h 24 min at 14 h 24 min

    Mdrrr ptain les titres des articles de Bastien ils sont tellement doux on voit à 10km que c’est lui qui a écrit l’article

    • Maclouz

      1 décembre 2017 à 14 h 24 min at 14 h 24 min

      Mdrrr ptain les titres des articles de Bastien ils sont tellement doux on voit à 10 km que c’est lui qui a écrit l’article. En plus ça a souillé la famille :'(

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top